Le blog de la ménagère

香蕉www.5.app网页Aller au contenu |Aller au menu |Aller à la recherche

香蕉www.5.app网页dimanche, mars8 2020

Gilets Jaunes et démocratie numérique : organisation, mutualisation, évolution,

香蕉www.5.app网页
Démocratie Numérique populaire débat 7 mars 2020 MSH Paris-Nord vidéodisponible sur QG Quatier Général page FB?

香蕉www.5.app网页

"Loin des clichés médiatiques", c'est le parti pris d' Igor Galligochercheur et fondateur de No?design pour cette journée débat du 7 mars 2020entre chercheurs et Gilets Jaunes à la MSH Paris-Nord. L'objectif : cerner lesoutils qui ont contribué à cette "démocratie populaire numérique" et parquelles actions la prolonger.

Pour introduire le débat Igor Galligo adoptait un dress codeapproprié, pull jaune canari. Face au mouvement des Gilets Jaunes il a d'abordéprouvé "une jouissance esthétique". Ce mouvement a su frapper l'imaginaire parson choix du jaune fluo, cette couleur pop qui tout coup a envahi la France ennovembre 2018. L'audace des manifestations s'ordonnant en Actes tous lessamedis , l'occupation de l'espace public ?dans la tradition de "OccupyWall street", puis les inscriptions/revendications sur le dos des Gilets, lesslogans, les cabanes poussant comme des champignons sur les ronds-points, lesbarbecues, la convivialité retrouvée. Et des dizaines et dizaines de groupesFacebook, des dizaines de milliers de followers ?qui rejoignentLa France en colère?ou Fly Rider Infos Blocages et lespages FB ?GJ locales de Bordeaux à Brest, de Montpellier à Nantes, partoutdes groupes qui permettent l'organisation rapide et la simultanéité dans toutesles régions. L'une des figures GJ Eric Drouet donne le lieu de la manifestationà la dernière minute sur sa page, ou publie un "faux" lieu, rusant avec lesforces de l'ordre. Des Gilets Jaunes ultra connectés balayent le cliché d'unecouche populaire sous-informée. Les formats se mutilplient : youtubeurs,"livers", l'usage de Facebook Live utilisés par les leaders pour s'adresserdirectement aux membres, l'usage ?par de nouveaux journalistesprofessionnels comme Rémy Buisine de Brut, liver de 30 ans, ?plébiscitépar les Giiets Jaunes, pour plusieurs raisons détaillées dans cet article du Parisien : ente autres, parce qu'il leur donne du tempslong qui est un choix de format journalistique, et leur permet des'exprimer. Les médias mainstream font passer en boucle des commentairesd'experts et d'éditorialistes, un bavardage éditorial et un entre-soi qui à lalongue insupporte. Facebook Live permet une forme d'interaction inédite,?puisque on peut poser des commentaires en temps réel en marge de lavidéo, et que le journaliste n'est plus seulement un observateur mais marcheavec les manifestants, leur adresse ma parole, recueille leur témoignage, estmolesté avec eux, parfois. Dominique Cardon, intervenant au débat, chercheur àMedialab (Sciences Po) se dit fasciné par Facebook live et y voit une formeinnovante de "téléprésence".?

?Maxime Nicollealia Fly Rider journaliste à QG, intervenant au débat PhotoJL?

香蕉www.5.app网页

Une courte conversation avec Maxime Nicolle alia Fly Rider l'un des"leaders" du mouvement confirme ?ce qu'on avait observé. La participationpersévérante ?au mouvement a permis la montée en compétence de sesacteurs. On découvre que Maxime Nicolle, actuellement journaliste pour Quartier Général, média libre fondé par Aude Lancellin,est bien plus dipl?mé qu on ne le croit, qu'il a été chargé de la direction dela logistique du Port de la Réunion, et qu'il est passionné d'aéronautique.Il aeu sa dose d'arrestations, de bad buzz et rumeurs. Il suit l'actualité des GJ,mais défend aussi des causes comme celle de Julien Assange, il s'est rendu àLondres pour le rencontrer. ?Il est représentatif du profil "travailleurcompétent" qu'on a pu rencontrer sur les ronds-points. Maxime Nicolle, c'est lecontraire de l'image du du Gilet Jaune"sous-éduqué" qu'ont forgé les médiassans doute pour complaire au pouvoir. Femmes infirmières en EPHAD, assistantesmaternelles, cuisinières, hommes ajusteurs ou chauffeurs routiers, ?des"vrais métiers" peu connus des élites et qui ont pour point commun d'êtretributaires du prix de l'essence en milieu rural, d'où la révolte contre lataxe carbone et ?la hausse du carburant.?
Des femmes Gilets Jaunes "anonymes",?comme Véronique venue de Grolles pour intervenir dans la table ronde,s'expriment avec sincérité, et le message passe. Les femmes ont toute leurplace dans le mouvement Gilets Jaunes, et pour elles aussi, c'est une montée encompétence. Pratiques réflexives et "conscientisation" disent les chercheurs,ce qui se traduit dans la réalité par le désir de prendre ?part à la viepolitique. ?Lors des élections municipales, par exemple, on voit desfemmes Gilets Jaunes constituer des listes citoyennes. La plus médiatisée étantsans doute Ingrid Levavasseur qui se présente avec liste "ChangerLouviers".
Priscilla Ludosky était elle aussi intervenante au débat pour annoncer deprochaines initiatives dont La Ligue Citoyenne dont elle estcofondatrice avec Faouzi Lellouche Gilet Jaune actif en région parisienne. Sapétition sur Change.org "Pour une basse du prix des carburants à la pompe" enoctobre 2018 a été à l'origine du mouvement GJ. Elle n'a pas hésité àsolliciter et même "harceler" les médias classiques pour lui donner de l'échoet obtenir plus d'1 million 250 000 voix. Elle a aussi utilisé les groupesFacebook en envoyant des messages aux administrateurs pour faire conna?trel'argumentaire.?

"lesGilets Jaunes s'organisent" : mutualisation ?

Les AG et Assemblées des Assemblées, dont la plus connue est Commercy,?continuent. ?"Les Gilets Jaunes s'organisent". Ce jour du7 marsavait lieu à Toulouse une?
Assemblée des Assemblée.?399propositions !
Didier Fradin qui a participé à #MaVoix, travaille sur divers projets detransformation politique, La Belle Démocratie, Les Jours Heureux, et suit entreautres l'Assemblée de Commercy. Lors du débat, il présente ?le principe del'Archipel, ?une multiplicité d'?lots, c'est ainsi qu'on pourrait voirl'organisation des Gilets Jaunes. Inventer une nouveau récit désirable ...Ildéveloppe ses convictions dans des articles et blog où il détaille leprojet du "municipalisme " et des "communs". En attendant ?des listes seforment selon ce principe à Toulouse Archipel Citoyen "Ici commence une autreville"?https://www.larchipelcitoyen.org
Avec les intervenants, on découvre de nombreuses plateformes ?etoutils opérationnels : GiletsJaunes coordination portail collaboratif des Gilets Jaunes" pourrait êtreun outil commun aux groupes locaux dispersés. Sa rubrique "département" permetd'ancrer l'actualité locale. La Lignejaune plateforme citoyenne "Construisonsdémocratiquement la suite du mouvement".??La Ligue Citoyenne confondée par PriscillaLudosky et d'autres Gilets Jaunes "lobby citoyen", "dans les départementsmilitants/lanceurs d'alertes sont isolés et peu écoutés" . L'utilisation du RIC(Référendum d'Initiative Citoyenne) est préconisée. Hakim L?we expert etcofondateur d'Objectif RIC, intervenantau débat est dé?u par la "disparition médiatique" du RIC. Pourtant le RIC estun sujet qui a été très souvent traité sérieusement ?dans les assembléesgroupes Gilets Jaunes lors de conférences citoyennes?ici par la Team Chartres. Autre outil de lobbycitoyen Risefor un outil plug inopen source qu'on peut installer gratuitement et qui semble bien adapté auxgroupes locaux, avec des fonctions plut?t bien vues, objectif "aider lesgroupes à se connecter entre eux". Avec aussi la possibilité d'inclure des élusdans la boucle.?

香蕉www.5.app网页

Connaissez-vous "Le Canard Réfractaire" ? Ce "journal des C?te d'Armor" estun des nombreux médias "citoyens" présentés à Démocratie Numérique Populaire.Avec Bang Bang TV on fait connaissance avec des Youtubeurs en tous genres. Maisle véritable objectif de Natasha est de réaliser des documentaires collectifs.Le Pixel Mort, c'est "des zappings et l'analyse au vitriol de l'actu" .Mais peude ces médias alternatifs vivent de leur production. Seul le Youtubeur Cemilavec Cemil choses à te dire commence à s'en sortir avec un appel à rejoindresachaine? . Mais a rappelé Hervé Kempf rédacteur en chef de Reporterre, il y a un savoir-faire journalistiqueauquel il faut se former. Dominique Cardon pose également la question desméthodes d'enquête journalistique. La spontanéité ne suffit pas.?Souhaitons que le nouveau groupe ?collaboratif formé par lesauto-médias présents (voir la liste sur le programme) à la suite du débatcontinue sa progression. Cemil a lancé un Framatim dans ce but, lecontacter.?

De nombreux essais et communication de chercheurs ont été publiés. On peutciter Jojo le Gilet Jaune de Danielle Sallenave de l'AcadémieFrancaise. Lorenzo Favia curateur assidu sur FB ?me signale l'essai "Surla Vague Jaune", l'un des auteurs, géographe, ?est présent pour parler desronds-points. Un furet qu'Yves Citton venu animer le débat n'ait pas livré sonanalyse.?

? ? ?? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?? ? ? ? ? ? ? ? ? ?PhotoGilets Jaunes d'Alen?on, rond-point dans l'0rne (61)

"Mieux vivre" : quelle répartition de l'argent public ??

"Quand on fait un rond-point à 2 millions d'euros et qu'on est pascapable de chauffer esclaffes dans les écoles, il y a un problème" faitremarquer Ingrid Levavasseur dans le Huffington Post; et c'est tout lemalentendu entre les réformes et le manque ?de prévision de leursretombées sur le terrain qui a provoqué la colère des Gilets Jaunes, puis desorganisation syndicales. Cette gouvernance à coup de hashtags mensongers?#mobilité sans penser aux usagers du train lésés et furieux, le manqued'empathie du gouvernement qui préfère laisser pourrir les grèves au détrimentdes fran?ais pour faire passer en accéléré une loi. ?Les réformes danstous les domaines font peu de cas des retombées pour les habitants : santé,services publics, éducation. Les fran?ais vivent une dégradation générale etune complexité croissante de l'administration, quand l'état veut donnerl'impression d'une "transformation de la France"...sans les fran?ais.
L'opération "Grand débat" n'a pas voulu ou pu décrypter et diffuser toutesles propositions ingénieuses et pragmatiques, et malgré un énorme travail avecle même outil fourni par Cap Collectif et un moindre budget "Le vrai débat"David Prost n'a pas pu restituer correctement les propositions des citoyens. Cequi tend à conclure que l'outil numérique qui pourrait conduite à unedémocratie augmentée, existe, est opérationnel, mais que sans volonté politiqueréelle et sincère d'implication du citoyen, le numérique ne viendra pasrévolutionner la politique.

Et les communs??

Le concept des "communs" défendue ici par l'économiste Benjamin Coriat, etpopularisé par un autre économiste, MIchel Bauwens fondateur de P2P Fondation, forme une communauté quicommence à peser internationalement. Et peser sur les électionsmunicipales.?
?https://la-commune-est-a-nous.commonspolis.org
?

lundi, octobre 28 2019

Le Monde selon le Web Summit

? ? ? ? ? LE WEBSUMMIT : UN ALGORITHME GEANT

Plus qu'un événement, le Lisbonne WebSummit 2019 se présente comme un algorithme géant, un miroir du monde vupar les titans techs et les startuppers, reflet des usages émergents qui vont -ou pas - s'implanter dans nos vie.
Il y avait le monde selon Garp, le roman culte de John Irving, "Le Mondeselon Amazon", il y a Le Monde selon le Web Summit. Un événement qui réunit latech mondiale, ses 70 000 participants, ses 160 pays, ses 2500 journalistes,? n'est pas une manifestation mais un grand moment de sociologieplanétaire.
A lire sur MEDIUM?
Le Web Summit :du 4 au 7 novembre 2019

vendredi, septembre6 2019

Web Summit 2019 Lisbonne : toujours "the place to be"

Lisbonne Web Summit 2018

Why join? Lisbon Web Summit among otherdigital events from Singapore to Las?Vegas?is one not to be missed.In this post less than two months before the event we review the strong pointsand the new challenges?of the 2019 WebSummit?now more than ever in Lisbon where the team has offices. 70 000people will be attending.?
See previous publications on Web Summit 2018?and a recent article inMedium.?

?Point fort : les "speakers", intervenants du monde entier

?Le point fort du Web Summit a toujours été de réunir les speakers lesplus brillants du monde entier dans des domaines aussi variés que les start-upsprometteuses ?(avec un appel ?pour "pitcher" leur présence à lamanifestation, les grands groupes, ?Microsoft, Apple, Google, Huawei,Samsung, Amazon les entreprises et initiatives qui comptent dans le domaine dudigital ?booking.com, Tinder, ?Uber, Wikimedia. L'Open source n'estpas oublié avec une offre spéciale pour les développeurs.?

Autre présence, les investisseurs,une réelle opportunité de pouvoir organiser des rencontres, quand on habite laSerbie, ma Croatie, ou même ...la France . Pour une start-up, c'est le lieu oùon peut sans tabou déclarer qu'on cherche de l'argent et le démontrer sur lesstands. Cette année ils semblent être encore plus nombreux, avec la conférenceMoneyTech qui prend place à Lisbonne plut?t que Dublin. La "Fintech" serabien représentée. Les investisseurs viennent de partout, ?de Dublin, commeToby Coppel, Mosaic Ventures. Nousavons noté entre autres un fougueux fondateur et CEO de Revolut, Nicolay Staronsky, et SriShivananda SVP et CTO de PayPal. Anoter aussi la présence de Kevin Weill,Calibra de Facebook, le"portefeuilleconnecté" pour la cryptomonnaie Libra annoncée. Du buzz en perspective !

Beaucoup de femmes leaders, ?depuisle début le Web Summit a voulu les mettre en avant. Cette année encore sera làGillian Tans chairwoman Booking.com, ?Kathleen Maher Wikimedia Foundation(image ci-contre), Kate Brandt Directrice ?"durabilité" de Google, AnnaGeda, même poste directrice durabilité chez H & M, Roxanne Varza Directricede Station F, le plus grand campus destart-ups en France. Et parmi les top ten investisseurs une femme Juliet deBaubigny. ?Et beaucoup, beaucoup d'autres...

En France les régions accompagnent les entreprises

Comme la Région Rh?ne Alpes avec?DigitalLeague? Dev 'up pour la région Centre Val de Loire ou propositiond'exposition sur le stand de l'espace?Occitanie?.Dans ces cas selon les régions, prise en charge partielle de laparticipation.?

Les start-ups du Portugal seront là aussi,l'occasion de 香蕉www.5.app网页, comme vu en 2018,surf virtuel, la célèbre vague de Nazaré Portugal.

Networking

C'est le lieu où on arrête d'être dépendants des médias quotidiens pourprendre des informations à la source et rencontrer les CEO et fondateurs.L'application intelligente dont est muni chaque participant est con?ue pour"profiler" au maximum la personne et gr?ce aux algorithmes et aux data luipermettre de centrer ses intérêts et ses contacts. Le Web Summit c'est aussiune équipe de "data scientists", analystes, statisticiens. D'après PaddyCosgrave co-fondateur c'est l'utilisation ciblée des données qui créentl'originalité de l'application. "Après tout, dit-il, une manifestation est unréseau " ("A conference is a network").?

Pour Women in Tech, un groupe Facebook émanant de la teamWeb Summit, le réseau a déjà commencé ...en prévoyant de former une équipe surplace.

mercredi, ao?t 28 2019

Tech Girls

Lisbonne Web Summit 2018 Parque das Na??es,?

Please be patient : starting a story about all the incredible women in techI met and the list is a long one ...More soon!

?Women in Tech

Women in Tech is a facebook group with women from everywhere andall nationalities exchanging, offering jobs, looking for partners etc. So manywomen that I met, some are now part of the history of the Web, some very activein all kind of tech jobs and digital.
While attending the 2018 Web Summit we decided to make a team to sharenews and contacts and I hope to make it happen at 2019 .
Below are some women talented in tech met throughout the years?

Women in Tech est un groupe Facebook émanant du Web Summit, où des ?femmes de toutesnationalités échangent, offrent des emplois ou en recherchent. Lors du Web Summit 2018,nous sommes plusieurs femmes à avoir décidé de former une "team" pour partagerles informations et les contacts et j'espère que nous pourrons le faire lors duWeb Summit 2019.
?D'où l'idée subsidiaire de dresser une "liste" informelle etforcement non exhaustive de toutes les femmes tech talentueusesrencontrées.

AnneRoquigny

Anne Roquigny is a Frenchindependent media curator and she invented "the art of surfing the web" withWJ-s?an innovative public display foronline projects and art. A recent work art ?https://www.bbot.fr?a connected sculptor.Another international project with David Guez. Host and artist aplatform connecting places and artists all over the world.?
?As a digital art curator in many countries with performances, show,workshops, and implication in women empowerment, she gained esteem andreconnaissance with number of publications in the press.
She now seems to give a new ?turn to her career with Energies Quantiques?
(To be followed, à suivre)?

lundi, avril 15 2019

Merci, les Gilets Jaunes !

Laparole libérée

A quelques heures de la prise de parole d'Emmanuel Macron pour conclure leGrand Débat ce lundi 15 avril (annulée à cause de l'incendie de Notre-Dame deParis) et quel que soit son propos et les propositions, on regrette qu'il n'aitpas eu au départ du mouvement un élan d'empathie spontanée, ?"GiletsJaunes, je vous ai compris !" face à cette parole libérée.?

En libérant la parole, leur parole, les Gilets Jaunes ont libéré la France.Une France corsetée dans ses habitudes (ne pas trop en changer), ?uneFrance compassée dans un capitalisme rigide, dans une foi immodérée enl'économie, un système politique archa?que. Merci, les GiletsJaunes!

La culture des ronds-points : on se parle, c'est "la famille"

Une trouvaille visuelle, ce Gilet Jaune, un point de ralliement inattendu,dans des lieux souvent ingrats, péages, ronds-points devenus lieux defraternité. Comme l'a souligné ?Fran?ois Ruffin.dans son film sur lesGilets Jaunes actuellement projeté "J'veux du soleil !", trop de gensétaient ?condamnés ?non seulement à des fins de mois difficiles, maisà une "dégradation esthétique" avec pour paysage quotidien les enseignes desgrandes surfaces, les postes à essence, les toits en t?le, les péagesd'autoroute. Par ces na?ves cabanes improvisées, palettes de chantier,barbecues, chaleur humaine, par ces partages, ?les Gilets Jaunes ont donnénaissance à une culture à préserver : la culture des ronds-points. ?Où ondit les choses comme elles sont , avec les mots qu'on a, qui ne sont pas lesmêmes que ceux des médias et des ministres. Moi, j'ai noté beaucoup de bonsens, de sagesse, j'ai rencontré beaucoup de belles personnes, de femmes quis'exprimaient clairement, à l'image de celle par qui tout a commencé, PriscillaLudosky.?

"Fraternité" le mot prend tout son sens. Les ronds-points ont permis de sefaire des amis et plus si affinités, de trouver un emploi surtout de ne plus sesentir seul. "La Famille" pour parler comme Jér?me Rodrigues, ce n'est pas unvain mot, c'est une solidarité qui s'est forgé en découvrant qu'on avait lamême vie, les mêmes problèmes, les mêmes espoirs aussi. Formidable renouveaud'intérêt pour la politique de ces Gilets Jaunes et citoyens sympathisants quitout à coup "ne veulent plus subir" mais ?comprendre comment leur paysmarche ?et pourrait mieux marcher. "Le vrai partage, c'estmaintenant. Jaune et visible" clame le dos du Gilet. Ils veulentrester visibles, ces ex-invisibles.?

La prise de parole d'Emmanuel Macron pour conclure le Grand Débat ce lundi15 avril ayant été annulée, il peut encore la modifier. ?Quel que soit sonpropos ?et ses propositions, on regrette qu'il n'ait pas eu un élan desympathie spontanée pour son "peuple", "Gilets. on pourra lire utilementl'article?"Les langues de l'intelligence collective : parlez-vous la langue de lamultitude?" que vient de publier Baptiste Millet sur le site de Bluenoveun des analystes du Débat. Cette crise de la parole, et de la difficulté à sefaire comprendre et à comprendre, la langue n'étant pas pas la même, a étéidentifie par le sociologue Bruno Latour "des muets s'adressant à dessourds" (...) Le sentiment de désespoir vient de ce double blocage ?àl'émission comme à la réception" et largement explicitée dansses publications, notamment dans l'article ?"A la recherche del'hétéronomie politique, les nouveaux Cahiers de doléance" (Esprit) . Il vafalloir pourtant les comprendre, ces "paroles de fran?ais".

Paroles de fran?ais : "être acteurs et pilotes de notre vie decitoyen"

Des revendications/propositions des Gilets Jaunes recoupent souvent cellesdes citoyens

?Le Grand Débat, auquel ils ont peu participé, c'est pourtant?gr?ce à eux, Gilets Jaunes, qui ont commencé à formuler desrevendications, ?très t?t, contrairement ?à ce qu'on peut lire. Dèsle 1 er décembre on en a parlé dans les ronds-points, de la démocratie, avecune fixette sur le RIC c'est vrai ! Mais les revendications n'ontjamais été floues, elles sont retravaillées en collectif et assemblées etformulées dans les groupes Facebook et sur les plateaux télé. La volonté departiciper a donné lieu à un thème du Grand Débat "Démocratie et Citoyenneté".?Comme l'ont formulé si bien les citoyens tirés au sort qui ont élaboréles propositions ?finales du Grand Débat, l'idée qui resurgit est bien"être acteurs et pilotes de notre vie de citoyen" ou encore "Mise en place deconsultation citoyenne". A Dijon j'ai suivi, ?envoyée par l'Observatoire des Débats une de cesConférences Citoyennes Régionales, munie d'une grille d'observation commune àtous les observateurs, ?et j'ai été bluffée par la motivation ?de cescitoyens lambda, une centaine de citoyens tirés au sort par téléphone réunisdans un gymnase -au froid ! - dont la moitié ?était sympathisants GiletsJaunes. Sociologiquement ?: retraités bien sur, infirmière, fonctionnaireterritorial, ancien maire, agriculteur. C'est de ces professions que devraitêtre composée notre Assemblée nationale. L'Observatoire des Débats estune initiative citoyenne indépendante ?lancée fin janvier 2019 composée degroupes ?de chercheurs ?dont on trouvera le détail sur le site. ilsviennent de publier un communiqué suite au travail d'observation en cours. Pourles observateurs dit le communiqué https://observdebats.hypotheses.org"la fin du Grand Débat marque une étape cruciale du mouvement politiquesingulier ouvert par les Gilets Jaunes. " ?Démocratie ouverte un des premiersmouvements "Civic tech" vient de re-proposer au gouvernement sous renom deGilets Citoyens une "assembléede citoyens tirés au sort visant à transformer les revendications issues duGrand Débat et du Vrai Débat en solutions opérationnelles à soumettre parreferendum à l'ensemble des fran?ais". Soutenue par Priscilla Ludosky, CyrilDion, co-réalisateur film "Demain".

Dans la ligne de mire des propositions autour du thème "Organisation del'état et des collectivités territoriales" ?: le millefeuilleadministratif avec la proposition, par exemple "Suppression d'un échelonterritorial (département) pour réduire le millefeuille administratif". Fairedes économies, ils sont pour "rendre contraignants ?les rapports de laCour des Comptes" qui ne sont que des "recommandations actuellement "Et ?aco?terait zéro euro" ajoute une participant.

Il faut souligner que pour que ces réunions soient efficaces, lestindispensables qu'elles soient encadrées et accompagnées si possible par desprofessionnels de ce type d'animation, en l'occurrence à Dijon?(MissionsPubliques entre autres). ?En tout cas par des facilitateurs etfacilitatrices dont le r?le est de gérer le collectif, d'instaurer des règleset un dispositif précis et minuté.Le post-it avec une simple intention doitdevenir à la fin de la concertation une proposition dont la faisabilité?ne peut être mise en doute, "y compris sur le plan légal" ajoute unparticipant.?

Revaloriser le travail : "Gilet Jaune, quel est votre métier?"??

Sur les ronds-points, pas que de la violence, de la créativité aussi, commecette Tour Eiffel b?tie par des menuisiers. ?Un slogan celui d'un cri deguerre historique des spartiates??

? Le mouvement des “gilets jaunes” est avant tout une demande derevalorisation du travail ? Le sociologue Yann Le Lann, ma?tre de conférence àl'Université de Lille, ?a coordonné une enquête sur profil desmanifestants : ? Ce sont les classes populaires, employés et ouvriers, qui sontsur les barrages ? écrit-il dans un article publié par Le Monde. ?D'où l'absence du thème du ch?mage.C'est gr?ce aux Gilets Jaunes qu'on découvre que tout un système estfait pour décourager de trouver et garder un travail, l'augmentation de la taxecarbone pour des auto-entrepreneurs. ou des emplois services qui font desdizaines de kilomètres par jour, des centaines par mois a été "la goutted'eau". Du travail, oui, mais trop mal payé par rapport aux allocationsch?mage, si on ajoute la garde d'enfant et la voiture, peu ou pas de transportsen commun en milieu rural. Les Gilets Jaunes ont alerté la France sur quantitéde métiers mal payés, des salaires ?trop bas. ?Les Gilets Jaunesn'ont pas une mentalité d'assistés et d'ailleurs sont parfois agacés par desaides trop facilement attribués sans contrepartie. Certains ?gagnent bienleur vie, ouvrier ajusteur pour une grosse entreprise, ou chargé de logistiquepour un groupe, mais sont solidaire du mouvement, parce que non, la vie qu'onnous propose n'est pas seulement une question d'argent. Travailler sans pouvoird'achat au bout, ?c'est insupportable, surtout quand on vous met sanscesse sous les yeux la consommation comme finalité.

Les députés ont-ils lu les propositionscitoyennes ?

Le 9 avril c'est face à une assemblée houleuse qu'Edouard Philippeprésentait le Grand Débat. Du chahut mais du beau monde : Marlène Schiapparavissante en rose avec un chignon de princesse, Fran?ois Ruffin studieux surson ordinateur, Delphine Batho, Christian Jacob, Matthieu Orphelin, AdrienQuatennens, et les ministres dans les premiers rangs, Nicole Belloubet, GérardDarmanin, pour en citer quelques uns. Des absents : les 5 garants du Débat...et les Gilets Jaunes. ?
Et là, stupéfaction . J'attendais que soient plébiscitées ou réfutées despropositions citoyennes précises. Mais du Grand Débat il n'en a été que dès peuquestion. Les députés ont-ils lu les propositions citoyennes? On peut pourtanten consulter facilement les synthèses!?https://granddebat.fr/pages/syntheses-du-grand-debat?et?
Les fran?ais tirés au sort délibèrent lors d'une Conférence RégionaleCitoyenne à Dijon. ?Accompagnement par un protocole précis bienétudié.?

"Un mur de défiance entre les fran?ais et ceux qui lesreprésentent"?

(Edouard Philippe le 8avril Assemblée nationale)?

Alors que La République en marche avait (presque) réussi à minimiser lespartis politiques dans lesquels les fran?ais n'ont plus confiance, ilsresurgissent, chacun prenant la parole pour critiquer l'action gouvernementaleou en chanter les louanges. Seul le Premier Ministre semblait avoir uneconnaissance du sujet ?en soulignant 4 points principaux à retenir duDébat, en premier lieu "Un mur de défiance entre les fran?ais et ceux qui lesreprésentent" . La défiance ?ne diminue pas "au contraire elleprogresse"
- "Et les salaires? " Chahut ironique dans la salle.

"Nous devons construire une démocratie délibérative"?

poursuit Edouard Philippe "même si rien ne remplacera la démocratie?représentative". Un peu plus tard Gilles Le Gendre renchérira enaffirmant " qu'à l'occasion du Grand Débat la démocratie participative s'estdéployée" et il mentionnera "la participation des fran?ais à la fabrication dela loi." Ce que la civic tech demande depuis des années.?
"Mettre fin à isolement, l'abandon" est un autre point fort pour EdouardPhilippe. "Réconcilier ?les territoires avec les métropoles proches".?La création d'une énième commission ou agence, commissions rejetées parles fran?ais justement, est-elle vraiment une idée? "Création d'une agencenationale de la cohésion des territoires" ?Ah, bon, mais il n'y a pas déjàun Ministère pour s'occuper des territoires??
La transition écologique bien sur...mais "En matière d'énergierenouvelable il y a un décalage ?entre les annonces et la réalité".?Ce que le "terrain a pu constater avec des factures d'électricité quicomportent 40% de taxe et mangent le budget des ménages.?
- dans la salle : "Les fran?ais ne veulent pas d'incantation, des actes!?
Les interventions des députés de tout bord suite à cette présentationsemblaient si décevantes, étriquées, et si loin du sujet du Grand Débat qu'ilest inutile de les retranscrire. C'est aussi l'avis d'Edouard Philippe qui aconclu avec une certaine amertume ?que les "paroles de fran?ais" étaientdes propositions plus imaginatives et constructives ?que celles desdéputés. Démocratie participative, on vous dit !
? ? ? ? ? ? ? ? ? ?? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?? ? Janique Laudouar
??
Merci à Véronique Louwagiedéputée de l'Orne qui m'a permis d'assister ?à cette séance. Elle ainstauré dans l'Orne (61), un Conseil de Circonscription ?mixant élus etsimples citoyens. Efficace. Un exemple à suivre??
Merci pour leur dynamisme et leur créativité au Groupe "Les GiletsJaunes d'Alen?on" qui ont peaufiné leur revendications et proposent unpetit déjeuner et plusieurs rendez-vous cette semaine du lundi 15 avril àAlen?on à ceux qui veulent mieux conna?tre la réflexion collective des Gilets?Jaunes.?

dimanche, février 17 2019

Conférence citoyenne : un avant et un après Gilets Jaunes

On peut voir la séquence de la Conférence Citoyenne du 15 février à Chartresfilmée en vidéo sur la page FB Allan Bouet l'un des organisateurs ou?Gilets Jaunes Loiret 45.

"La Famille"

?Quand on pose la question à Jér?me Rodrigues : "Quel a été le pointpositif pour vous depuis le début du mouvement?" la réponse est immédiate :?" Les Gens!" et il ajoute, "Les gens, c'est bon meilleur médicament".Jér?me Rodrigues, Gilet Jaune, est ce soir du 15 février l'un des intervenantstrès attendu à la Conférence Citoyenne" GJ28 à Chartres.?

?A peine arrivé, il est submergé par les demandes de selfies. Et c'estvrai que depuis son accident (il a perdu un oeil lors d'une manifestation) ilfait figure de héros avec son physique tout droit sorti du roman "Les TroisMousquetaires", le poing levé, il a le panache d'un d'Artagnan contre leCardinal Richelieu. Il est modeste, humain, proche des gens qu'il appelle parleur prénom ?et plus tard dans la soirée il incitera les Gilets Jaunes àmieux se conna?tre. "La Famille", c'est inscrit sur son sweat shirt jaune.

Cette conférence citoyenne proposée par les GJ28 à Chartres ?marquepeut-être un tournant dans l'évolution du mouvement. Si la salle et lesintervenants étaient d'accord pour décider que la mobilisation dans la ruedevait continuer, elle semble aussi se poursuivre sous d'autres formes. Jer?meHny, chartrain lui aussi blessé à l'oeil, Hakim Low?we expert en intelligencecollective pour parler du RIC, Laetitia Dewalle porte-parole Gilet Jaune du Vald'Oise et Jer?me Rodrigues labellisé "figure incontournable des Gilets Jaunes".Plus un invité surprise en fin de soirée Eric Drouet. Avec cette bellebrochette ?d'intervenants, les Gilets Jaunes de Chartres ont réuni 400personnes attentives, et réactives. Montée en compétence citoyenne et dans laqualité des actions, tel était l'axe de la soirée. ??

? ? ? ? ?? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?? ? ? ? ? ? ?Les Héros du changement "lebonnet que je porte chaque samedi"

Les Héros du Changement

?Jér?me, lui aussi a perdu un oeil. Il raconte. "Isolé, face aux CRSj'ai voulu fuir, mais un tir de LBD40 m'a atteint ?à la tempe. Il a fallu3 heures et demi pour arriver à la clinique". Et pourtant il a l'intelligencede nous dire de ne pas faire de généralisation sur les forces de l'ordre. Iln'a pas l'intention d'arrêter les manifs "même si on sait ce qui nous attend,surtout dans les villes de plus de 100 000 ?habitants, le blocage lenassage. Contrairement à la rumeur sur l'indifférence des Gilets Jaunes enmatière d'écologie ?Jer?me ?se préoccupe de la biodiversité, durespect de la vie animale, trouve qu'on mange trop de viande et qu'il vaudraitmieux diminuer notre consommation pour la partager avec ceux qui ont faim. Ilsouligne l'aspect négatif des batteries des voitures électriques et propose unmoyen original de générer de l'électricité "propre", ?expérimenté lorsd'un séjour dans la neige. Vélo plus alternateur de voiture et ?a marche! Il'aexpérimenté ?avec un ami dans un chalet enneigé. Il se méfie dutranshumanisme, de l'intelligence artificielle, de la puce RFID. Il se méfiéesmédias mais salue les médias indépendants. Quand dans sa conclusion il s dit"admiratif de cet éveil collectif, vous êtes toutes et tous les héros duchangement!"

Pouvoir d'achat et pouvoir d'agir

"Pour le pouvoir, nous ne sommes que des consommateurs, réduits au pouvoird'achat" nous dit ?HakimL?we. Avec les Gilets Jaunes on retrouve lepouvoir d'agir. il y aura un avant et un après Gilets Jaunes, un momenthistorique au regard de la France mais aussi au regard du monde. "Il y a unevolonté des gens de sortir de leur léthargie et de leur isolement mental. "Onest à l'?ge de pierre de la démocratie" ?Les gouvernants eux, saventexactement ?sur quels leviers agir en pla?ant les individus dans un étatde "servitude volontaire". La France n'est plus l'exemple en matière dedémocratie d'après le classement des pays selon ?l'indice?démocratiqueétabli en 2019, elle est 29ème -derrière le Botswana -alors qu'elle était 8èmeavant." Il faudrait que nos représentants ?nous représentent vraiment aumême titre qu'un avocat représente son client."
Sur le RIC, Hakim L?we confirme que ce n'est pas un danger pour ladémocratie, au contraire ?un moyen de donner leur avis sur un sujet quiles concerne. On connait maintenant les 4 formes du RIC revendiqué par lesGiles Jaunes. Le RIC révocatoire existe dans un certain nombre de pays. Lerecall aux USA permet de révoquer un agent avant le terme de son mandat. EnFrance quel est le moyen pour un citoyen de faire entendre sa voix ? Les normesactuelles du RIP referendum d'initiative partagée sont impraticables. Il n'ad'ailleurs jamais été pratiqué. Plusieurs lois "scélérates" sont là pour fairebarrage au RIC, il suffit d'un article, d'un amendement ...."Et pourtant ilfaut des lois qui correspondent aux attentes des citoyens." Dans la salleCarole et Cathy d'origine canadienne mentionne l'OGP - le sommet mondial?pour un gouvernement ouvert bien eu lieu à Paris, sous une formed'événement participatif, mais qu'en est-il ?dans les faits? Enterré !Comme tant d'instances internationales, ?commissions...de hautesautorités. Et Hakim L?we conclut par une citation d'origine mexicaine alors queles mains se lèvent dans la salle pour une série de questions : "Ils pensaientnous enterrer ?mais ils ne savaient ?pas que nous étions desgraines".

Une sympathisante de 85 ans ?

Héro?ne de la soirée et peuvent du respect des Gilets Jaunes pour les"anciens" cette dame de 85 ans qui prend la parole pour dire qu'elle a connu laguerre et les privations de viande , qu'elle est devenue végétarienne etqu'elle est toujours très bien portante. Agricultrice et propriétaire de terreselle a vendu une centaine de terrains pour que des habitants puissent avoirleur jardin potager. Elle pr?ne des habitations avec un petit jardin de 500 m2pour faire un potager afin que chacun puisse se nourrir. Mais "le maire nepermet pas la construction d'abris de jardins", encore une contrainte imposéepour contrecarrer les habitants d'un territoire. Elle constate que "les mairesne sont pas toujours à la hauteur. Et c'est vrai que les "élus" - et les lois -font trop souvent barrage aux initiatives citoyennes. Elle propose de sejoindre à la grève illimitée, une demande de certains, en mettant à dispositionses terres et ses granges pour que les Gilets Jaunes puissent stocker desprovisions leur permettant de tenir dans la durée. Applaudie, embrassée, ellesoulève l'émotion. Eric Drouet lui aussi ?bavarde avec elle.Respect.
Et ce n'est pas Laetitia Dewalle qui va la contredire, quand elle entamele sujet "comment améliorer le pouvoir d'achat?" "On est tout le temps en trainde se saigner pour tout" Elle aussi défend l'écoute des personnes ?gées "notremémoire, celle qui n'a pas été ré-écrite" Dans la salle un cri du coeur "Ilsnous emmènent ?dans une société faite à leur manière, faite pour eux, maispas pour nous!

Jér?me Rodrigues : "se fédérer"...etvoter!

Dans son pitch et conclusion de la conférence Jér?me Rodrigues commencepar marquer sa reconnaissance aux Gilets Jaunes "c'est votre compétence, votrepolyvalence" qui rend les choses possibles "jamais je n'aurais cru que jepouvais organiser une manif, jamais je n'aurais imaginé prendre la parole aumicro comme ce soir. J'aimerais vous remercier pour le boulot, pour ce dontvous êtes capable. Et surtout ne vous démotivez pas!" Il engage à voter et àmarquer son opposition lors des élections européennes. Et aussi "avant qu'onatteigne le point de rupture, il faut se fédérer!". "En 2008, les banques nousont pris notre pognon, c'est là qu'on aurait du commencer à se révolter". Dansla salle on suggère l'idée d'une grande fête Gilets Jaunes. Jér?me Rodriguesconfirme que c'est dans les projets. Et il appelle à la fraternité,"connaissez-vous mieux les uns les autres, personnalisez les rencontres,frappez chez votre voisin pour savoir ce qui se passe!".?


Désenchantement au rond-point ?

Le matin je suis encore à Chartres et je veux saluer les Gilets Jaunesdont certains rencontrés la veille qui se réunissent le samedi matin. sur unrond-point proche. Et là, mauvaise surprise, je dois faire face à la colère.Une grande jeune femme décha?née me menace, Contre les "médias"? ?Contremoi? Mais personne ne me connait...
- "Casse-toi, qu'est ce que tu viens faire ici, qui t'a donné le droit devenir là?" "
?-"Eh bien j'étais hier à la conférence citoyenne, je viens direbonjour!" ?
- "Tire-toi, je te connais on t'a déjà viré ..."?
"-Non, vous vous trompez on ne se connait pas et je n'ai été viré de nullepart, et ne me parlez pas comme ?a!" . Virée, moi? Fake news.?Aucontraire invitée à la conférence ?par lesorganisateurs...Incompréhensible.
Et là la Walkyrie se fait plus mena?ante , avance sur moi, le poing levé....comme le rond-point est en pierre je m'imagine déjà finir ma vie lapidée...heureusement ?un Gilet Jaune l'arrête.?
Si je retrace cet épisode négatif, qui n'efface en rien toute la"fraternité" ressentie dans la conférence, ?c'est pour témoigner, oui lacolère peut surgir et pas seulement contre la police mais contre n'importe qui,n'importe qui, celui qui vous déplait. La haine contre l'autre, l'inconnu,celui qui ne me ressemble pas, celui qui ne parle pas comme moi "T'aime pas,casse-toi" peut-on parfois lire dans les commentaires des vidéos en direct.Vigilance, Gilets Jaunes, ne pas laisser la haine de classe s'installer.?Ne pas reformer un "entre-soi".
"On est des êtres humains" dirait Jér?me Rodrigues, et tantd'autres, qui ont trouvé au rond-point une nouvelle fraternité.?
? ?

samedi, décembre1 2018

Mon café avec les Gilets Jaunes (Margon)


Rond-Point de Margon, feu de bois etchaleur humaine

Ils sont passés devant le magasin Leclerc - ?et je les ai suivisjusqu'au rond-point de Margon qui juxtapose Nogent-le-Rotrou, avec mon GiletJaune bien s?r. Enormément de coups de klaxon en signe de sympathie : motos,camions, voitures avec gilet visible sous le pare-brise leur disent "noussommes avec vous!" comme d'ailleurs 80% des fran?ais.

Ils sont pacifiques, ils sont sympathiques. Et ils sont en colère. Ce quiles agace : la disparité des salaires. "Lés élus, mais pourquoi les payerautant, ils font partie du service public, je ne vais pas payer mon postier6000 euros !" Quelques minutes plut?t une jeune femme me disait "Et 'argent del'Europe, ces millards qu'on donne à l'Europe, ?a sert à quoi?" L'utilisationopaque de l'argent public vient en tête de la colère, ils y a un univers où onparle de dépenses en milliards, et un autre en vingtaine d'euros.Mépris.

?Les Gilets Jaunes laissent passer assez facilement les voitures "C'estun gars d'ci, c'est un gars du cru, laissez passer !" ou ceux qui roulent pourde bonnes causes "Ils vont faire un téléthon, laissez passer". Annie est "toutle temps sur Facebook" ?avec son mobile et elle montre en direct lesGilets Jaunes à Paris.?

Il pleut ?mais il fait bon, il y a debeaux feux de bois (produit local), du café, des croissants. Commentl'intendance s'organise? "Il y a eu pas mal de chapardage, pendant la nuit,c'est dommage, ?a, vraiment dommage, alors maintenant, on ne stocke plus, justece qu'il faut, les gens nous apportent des saucisses, hier on a mangé destripes."?

"Il faut tout remettre à plat ! Changer le système politique!"

Quelles sont les revendications de chacun? ?"Pouvoir vivre de notretravail", "se faire entendre des élus". Se faire entendre, être écoutés, c'estle point de départ du dialogue possible. "Hier la Communauté ?de Communesa éteint l'éclairage du rond-point, pour nous, ceux qui restaient la nuit,?c'était dangereux". Et puis aussi, les slogans le disent "ras le bol"général. Pascal a été?chauffeur routier international" j'ai très biengagné ma vie, mais suite à un accident de santé, je ne peux plus exercer monmétier, ?et je per?ois 900 euros, la moitié de ce que je gagnais. J'avaisdes économies, mais c'est fini !" Et en cette période, les cadeaux de No?lqu'on ne va pas pouvoir faire ...
Et puis la crainte des augmentations venir, la hausse de l'électricité?annoncée ?mais "comment on va se chauffer?" "On paye les mauvaisesdécisions d''EDF, on paye le scandale de la COGEMA et les erreurs stratégiques,l manque de contr?le des dépenses (8 millards de deficit d'Areva, on s'ensouvient) et le budget de fermeture des EPR qui explose". Et c'est à ces"classes moyennes" qu'on demande de payer les erreurs degouvernance.?
Et la conclusion, elle est là : "il faut tout remettre à plat ! Changer lesystème politique !".?

dimanche, novembre 25 2018

EMMANUEL MACRON NOUS AVONS LA SOLUTION : LA PARTICIPATION

LA SOLUTION : LA PARTICIPATION DES CITOYENS

Le désenchantent semble à la mesure de l'espoir suscité par l'annonce de ce"Nouveau Monde" où plus jamais la politique ne se ferait comme avant, ?oùles décisions ne seraient plus prises "d'en haut".?Unetribune du Monde?signée par une centaine de députés LREM dont PaulaForteza et Mathieu Orphelin, préconise "? La participation citoyenne doitdevenir une mission parlementaire de valeur constitutionnelle ?. Par ailleursles initiatives de la société civile en matière de Civic Tech ne cessent deprogresser. Dans un précédent billet nous avions retranscrit un débat organisépar make.org auquel assistait ?Fran?ois de Rugy alors Président del'assemblée nationale : "Citoyenset élus, interactions bienvenues".?Un Président de la République jeuneet désireux d'apporter un changement ne pouvait qu'adhérer à la participationcitoyenne.

Mais la confiance dans une renouvellement de la politique a fini par seheurter à la réalité de la "verticalité" malgré nombre de députés LREM désireuxd'enclencher une participation citoyenne. ?Il y a aussi l'inertie des élusfigés dans un archa?sme très XXème siècle, imbus de leur fonction, ?qui nerépondent pas aux citoyens. J'en ai rencontré à paris, et en région, quipensent que le vote est un blanc-seing donné pour 5 ans et qui traitent avecarrogance les propositions des habitants. Pourtant les solutions ont étédécrites par des essayistes, des chercheurs, des économistes ?issus de lasociété civile. Et aujourd'hui les Gilets Jaunes.

Non, lagouvernance n'a plus à se charger seule du lourd fardeau de nous faireprogresser dans la transition écologique ou dans l'accès au numérique ou dansn'importe quel autre domaine actuellement traité et parfois maltraité par lesréformes en cours . Monsieur le Président, Emmanuel Macron, nous avons lasolution : la participation citoyenne à la gouvernance, à la co-construction dela loi et à sa mise en oeuvre sur le terrain. Une pétition lancée surChange.org lancée par une femme Priscillia Ludosky, une habitante deSavigny-le-Temple (Seine-et-Marne). Aujourd'hui elle atteint presque le millionde signatures. Les Gilets Jaunes ont utilisés les réseaux , twitter, Facebookde fa?on plus pointue et créative que bien des élus. Beaucoup de femmes parmices nouveaux "indignés", beaucoup de porte-paroles potentiels qui s'exprimentavec clarté et détermination.

Pourtant, ils ne sont pas consultés. Dans la "fabrique de la loi" oul'aménagement du territoire, les experts sont souvent les seuls conviés, avecparfois, à grand frais, les "agences" de communication mais rarement leshabitants, les citoyens -sauf exception de villes en pointe Strasbourg,Grenoble, Rennes et parfois aussi de petites villes souvent citées commesaillant dans la Dr?me, et plus récemment ?Loos-en-Grohelle dans le Nord.La vraie question est: quel accès pour le citoyen à la co-construction de sonprésent, de son avenir? Les citoyens sont informés, souvent formés à lapolitique, et prêts au changement plus qu'on ne pourrait le croire. Lameilleure preuve est sans doute le fait que l'actuel Président de la Républiqueait puisé dans cette société civile agile pour soutenir le mouvement En Marchequi l'a fait élire. Dès lors on ne comprend plus pourquoi "le nouveau monde"n'a pas mis comme innovation numéro UN la participation citoyenne à lagouvernance en mettant au point un dispositif à l'aide desnombreuses?plateformes numériques, y compris au sein même de l'Assembléeavec la députée LREM Paula Forteza. On l'aura vu avec la révolte des GiletsJaunes, être laissés en dehors n'est plus supportable. La conscience aigu?d'être le "peuple" se réveille.

?La fabrique de la loi : rien n'a changé?

L 'Etat ne semble plus à même d'assurer les fonctions régaliennes comme laJustice, l'éducation, ?et parfois, la sécurité, la révolte vient de là.?A l'heure où j'écris ce billet la loi sur la Réforme de la Justice estexaminée dans la plus grande discrétion devant une Assemblée très clairseméequi vient de déclarer forfait face aux 600 amendements à décrypter et reporterà plus tard cette loi qui rencontre des oppositions diverses, dont celle desavocats. Les citoyens, les premiers concernés, ont-ils été consultés? Sont-ilsconviés à participer à l'examen? La réponse est non : ont été consulté lesexperts du système judiciaire, les rapports qui leur ont été demandés, ce quiprolonge l'entre soi judiciaire mais en aucun cas ne rapproche la justice ducitoyen.?

Un exemple. L'erreur judiciaire reste encore tabou, et la mise en examensouvent abusive, un commodité pour le magistrat qui n'a même pas besoin,contrairement à ce que prescrit la loi, de trouver "des indices graves etconcordants", il lui suffit de recevoir un courrier de dénonciation pourenclencher "l'engrenage judiciaire" et ravager la vie du justiciable. Les jugessont-ils sanctionnés dans le cas d'erreurs judiciaires? Non bien s?r. En Italieils le sont, mais en France ils sont intouchables quelque soit les dommagesirréversibles crées dans un vie, comme l'a démontré le remarquable documentairediffusé sur France 5?? Emprisonnes a tort : quand la justice dérape ? deFlorence Kieffer où on voit des innocentés attendre des années le jugement quiles sortira définitivement ?de l'enfer judiciaire. Oui, mais voilà, lajustice a horreur de se déjuger.?

Autre exemple : des milliers de familles ont lancé des pétitions contre laloi sur la protection des majeurs et les escroqueries ?qui vont avec, lesjuges des tutelles n'étant pas en capacité d'examiner les comptes, comme ilsl'avouent volontiers eux-mêmes. Parfois ce sont les majeurs protégés eux-mêmesqui sont lésés dans leur biens, VENDUS SANS QU'ILS EN SOIENT INFORM?S. Mis enEHPAD de force afin quels biens soient loués ou cédés, parfois dans desconditions douteuses, mais rentables pour le mandataire judiciaire payé enproportion des ressources du protégé. Et ce scandale ?va continuer.Sont-ils écoutés, depuis toutes ces années? , Toutes ces émissions detélévision sur le sujet qui ont eu une audience record ont-elles été prises encomptes, décryptées? Aucune réponse du Sénat et malgré la volonté dedé-judiciarisation ?annoncée par la Ministre Nicole Belloubet dans saRéforme de la Justice, les mandataires judiciaires continuent à sévirhonteusement situés hors du droit commun et rarement sanctionnés. ?

Changeons le systèmepar le climat ?#ilEstEncoreTemps, la société civile ?(Alternatiba)se mobilise pour la prise en compte du changement climatique "

Les outils de la participation sont là, les compétences aussi

?"Regards Citoyens" ,"Parlement & Citoyens" "Démocratie Ouverte", "Voxe.org" , "Stig", ou "OpenSource Politics", "Fluicity" , "Civocracy" "CivicWise" "Utopies concrètes", "labelle démocratie" : ce sont des dizaines voire des centaines d'innovationsnumériques ?facilitant la participation citoyenne nationale ou locale quisont nés d'une Civic Tech active, d'une société civile agile et innovante.Nicolas Hulot récemment cité les initiatives de la société civile dans ledomaine de l'écologie, Alternatiba, entre autres. ?Fran?ois de Rugy quand il était présent de'assemblée nationale s'était engagé à la participation citoyenne et à uneréforme de l'Assemblée. On peut noter davantage de transparence, mais laparticipation citoyenne est toujours absente, ou de pure forme. S'est agitéeaussi l'idée de l'état "start-up nation", qui oeuvre actuellement ?dans unpérimètre limité se heurtant trop souvent à la routine administrativedominante. Une "French Web" plut?t bien portante. Il y a des initiatives demairies où la parole citoyenne est prise en compte, et qui marchent, ne sontpas généralisées à l'échelle nationale. ?Alors? Il manque la volontépolitique, celle de l'état, mais aussi celle des communes et communautés decommunes, celle des territoires, celle des régions.?

?"Démocratie faites-la vous même" est le seul recours possible quandil y a si peu d'écoute à tous les niveaux. ?

dimanche, novembre 11 2018

Au Web Summit 2018 : Ev Williams et le futur des médias

Ev Williams au Web Summit

"Une belle plate-forme, simple d'utilisation, pour l'écriture de qualitésur le Web semblait na?vement optimiste. Est-ce que les auteurs de valeurn'auraient pas la tentation de publier sur des sites plus lucratifs?" En2015 le magazine Wired dans un article sur Ev Williams (Jessi Hempel)?faisait de Medium un cas à part. ?Ev Williams reste plus discret queles les habituels ténors de la tech. C'est à Ev Williams que Paddy Cosgraveconfie le soin de cl?turer le Web Summit2018, peut-être un hommage au pari de la qualité et un démenti à la vaguenégative de désillusion propagée par certains. Ev Williams a fondé Blogger etco-fondé Twitter. Un parcours dans la publication en ligne qui explique lesuccès de Medium, qu'il fonde en 2012 et dont il est le CEO. Lors du WebSummit, il critique un Web de l'économie de l'attention où la publication estde plus en plus récompensée en terme de quantité - ?de likes, de followers- ?où les "métrics", les chiffres sont une mesure du mérite. Avec Medium,son objectif est de rétablir le pouvoir des mots, du style, du contenu.

Medium : le pari réussi de la qualité?

Avec Medium, il fait le pari de la qualité des textes et des auteurs,autorise des textes longs là ou Twitter a commencé avec 140 signes, et surtoutoffre une plateforme, simple et efficace, où l'édition se fait en temps réel,sans aucune connaissance technique nécessaire. Une puissance de traitement del'information gr?ce à plusieurs acquisitions d'entreprises tech. ?Unenouvelle forme d'écriture sur le Web est née. "Destinée à ceux qui ontquelque chose à dire, et ne souhaitent pas maintenir un blog ou un site avecl'astreinte de la régularité" nous dit Ev Williams lors de la conférencede presse. Et surtout les thèmes traités sont personnels, comme souvent le tondes auteurs, des sujets pointus, des confessions intimes, des opinions àcontre-courant, Medium est une terre de liberté. L'avantage pour un rédacteurhabitué à écrire sur un même thème de pouvoir s'échapper et écrire "sur ce quilui vient à l'esprit" ou "ce qui lui tient à coeur" comme l'annoncent certainsen tête d'article. Médium m'a donné l'occasion de publier sur des sujets que jene pouvais pas traiter dans ce blog, dont la thématique est "politiquementincorrect", j'ai pu écrire sur des sujets non politiques et qui font partie denotre vie quotidienne, comme ?"Facebook,I do not give you the right to erase my life" à propos du phénomène"unfriend", se débarrasser brutalement d'un ami ou encore "L'abus émotionnel, séduction/destruction" qui n'avaient pas leur placedans Le Blog de la Ménagère. Là, Medium me donneuse indication précise avec lesstatistiques : ce sont les sujets qui ont rencontré le plus de succès tant pourles "vues" que pour le temps de lecture. Traités avec sincérité, les sujetsplus banals en apparence peuvent rencontrer un public nombreux. J'y ai trouvé :des modes d'emploi des réseaux sociaux, des articles sur les relations decouple, la rupture, des textes poétiques. ?Un système de "networking"ingénieux - merci les algorithmes ! - ou chaque rédacteur peut en plébisciterun autre avec l'émoji "applaudir" et choisir de le suivre. J'ai ainsi découvertdes plumes originales et émouvantes comme Kris Gage, motocycliste, softwaremanager, dont l'article "Forever is not yours to ask someone" a attiré mon attention et celleapparement d'un public de lecteurs non négligeables. On s'aper?oit à cetteoccasion qu'il y a de nombreuses femmes auteurs qui sont aussi des "Women inTech", pour reprendre le titre du groupe qui réunit les femmes participant auWeb Summit.

?Source image :Medium abonnement Premium


Le futur des medias, la fin du tout gratuit??

Pour Ev Williams, "nous sortons d'une période de transition qui signela fin du 'tout gratuit" dans la presse en ligne. On se souvient sansdoute des début de Libération et de l'enthousiasme face à la possibilité de?lire gratuitement la presse en ligne il y a plusieurs années, ce quisemblait un signe de progrès et de modernité. Aujourd'hui toute la presseinternationale des quotidiens, de la Stampa au Guardian, ?du New YorkTimes au Washington Post, et des hebdomadaires propose un tarif d'abonnementpour continuer à les lire. Oui, mais peut-on s'abonner à tout, quand noussommes inondés de "news" gratuites (google) et de "fake news" ? "Greatideas can come from everywhere", "les bonnes idées peuvent venir departout", ?nous déclare l'incitation à nous abonner. Et c'est vrai pourl'écriture comme ?pour les start-ups.?
"Les gens sont prêts à payer pour une information de qualité,l'abonnement est un bon modèle économique" nous dit Ev Williams. Lesabonnements supplantant à terme la publicité qui fait obstacle à la lecture, ceserait une bonne nouvelle. Medium propose un abonnement "Premium" de 5 dollarspar mois, un tarif raisonnable qui donne un accès privilégié non seulement auxarticles mais à une communauté, tant comme rédacteur que lecteur, qui semblerencontrer le succès. ?
Sur la question que je pose à Ev Williams sur les thèmes préférés, pas deréponse sur les thèmes favoris, tellement ils sont diversifiés. A la questionsur les nouveautés à venir sur Medium, "l'amélioration desstatistiques". ?Les "stats" détaillées pour chaque article publiésont en effet une valeur ajoutée de Medium. Un effort aussi pour commencer àélargir la rémunération des journalistes. "Il y a aussi la possibilité delicence de contenu pour d'autres publications prêtes à payer".

Et si le contenu personnel/universel était un point fort de l'avenir desmédias?

Ce Web Summit 2018 faisait la part belle aux "content makers", trèsprésents cette année de la presse et télévision classique aux nouvelles formesd'expression en ligne, Instagram, YouTube, le storytelling, les "influenceurs"aussi tel que Caspar Lee, ?youtubeur à succès, une table ronde un peudé?evante ?dans la mesure où les questions sur l'origine du succèsrencontré n'ont pas été posées. Euronews avec son CEO Michael Peters étaitprésent, avec une tentative de démontrer une prise de conscience du changement.The Guardian également avec David Pemsel.?Netflix avec Greg Peters . Lemagazine fran?ais à cible "Jeunes" Konbini" était là aussi. Bien s?r, le"journalisme de données" fait aussi partie de l'avenir des?médias, , maisl'accélération et l'immédiateté semblent prendre le pas sur des?articlesau long cours fondés sur des données collectées et?analysées, ce qui prenddu temps - et de l'argent.?
Pour?revenir à ce quifait le succès de Medium : et si le?contenu à la fois personnel etuniversel était l'avenir des médias? ?Et si les?lecteurs outéléspectateurs - eh oui, ?a existe encore - étaient las detrouver?partout les mêmes nouvelles rab?chées, les?mêmes sujets desociété à longueur de journée, les mêmes ténors de la politique, une redondancequi finit par exaspérer. Il y a, à de rares exceptions près, un manque cruel desujets qui nous concernent vraiment, de l'évolution des relations?humainesau bien-être, en?passant par les modes d'emploi de la Tech expliqués auxnul(le)s. On peut les trouver en partie sur les réseaux sociaux,mais?bienvenue ?aux médias alternatifs qui s'emparent de ce nouveauchamp, le contenu "personnel/universel," sans oublier un visuel pertinent,rejoignant ainsi le principe éternel du?talent, avoir un ton, un style,savoir raconter une histoire.?

JaniqueLaudouar

lundi, novembre5 2018

Au menu du Web Summit Lisbonne 2018


Web"Le web que nous voulons" "ForTheWeb avec Tim Berners-Lee

Une mention spéciale pour Tim Berners-Lee dont la présence était souhaitéedepuis longtemps par Paddy Cosgrave, co-fondateur du Web Summit. Il ouvre lamanifestation le 5 novembre (Web Summit du 5 au 8 novembre 2018 Altice ArenaLisbonne). Conserver l'esprit du Web tel que Tim Berners-Lee a contribué à lecréer en ouverture, sans doute la volonté d'inscrire ?dans ce Web Summitl'idée que nous avons encore le choix, ?qu'il s'agisse de la gouvernancedu Web ou des progrès de l'intelligence artificielle, de la?préservationde?l'environnement. Le "tech for good", la technologie pour le bien del'humanité, la technologie efficace au service de l'éducation ou desimmigrants, la technologie dans l'habitat et dans la mobilité, c'est possibleavec le "contrat pour le Web" proposé par Tim Berners-Lee. Y souscriventGoogle, et aussi le gouvernement fran?ais?représenté par MounirMahjoubi,?secrétaire d'état au numérique.?Sans cette prise deconscience, la menace risque d'être bien réelle, les algorithmes avancent àtoute allure et battent les humains aux échecs (présence au Web Summit de GaryKasparov).?


?Les robots que nous voulons

En 2017, lesrobots étaient d'excentriques créatures. Aujourd'hui ils sont entrés dans notrevie, sous forme d'assistant personnel, d'agents de notre santé ou d'aide aumanagement de notre entreprise. L'intelligence artificielle bien s?r, étaitdéjà là en 2017, ?avec notamment les voitures autonomes, mais il va êtreinteressant de découvrir en quoi elle modifie déjà notre quotidien. Nous lesavons bien s?r, mais comment mieux la ?contr?ler. ?Cédric Vilainsera présent bien s?r. Entemera-t-il une conversation avec le robot Sophia, quia fait des progrès considérables? Les conférences sur le sujet nombreuses,notamment celle de Ben Goertzel CEO Et co-fondateur de Singularuty.net ?-voir mon post sur Medium "Meet you at the Lisbon Web Summit" - ?et beaucoup d'autres.?Singularity net ?adéveloppé a la fois une philosophie de l'intelligence artificielle comme "biencommun" décrite dans un manifeste porteur d'une vision détaillée et à longterme, ?et une plateforme qui a pour objectif une "intelligenceartificielle décentralisée". L'équipe se préoccupe aussi de l'impact destechnologies sur la démocratie?ou l'éducation. Ben Goertzel a récemment porté son intérêtsur l'ouverture à Blockchain. ?Certes il y a encore des questions comme"Est-ce que les robots animaux de compagnie vont remplacer les vraischiens et chats?"?mais les vrais enjeux sont aujourd'hui bien plusvitaux, puisqu'ils se rapportent à la vie, à la mort, et même à l'immortalité.Pour Ben Goertzel l'objectif est bien d'accro?tre le potentiel de la naturehumaine. Le robot Sophia est actuellement testée avec l'appui de l'Universitéde Palo Alto comme aide à la méditation ?"Honest people arehappy" "Les gens honnêtes sont heureux" dit le robot d'Hanson Robotics.

Ben Goertzel et Charlotte Jee (MIT Institute of Technology) etprésenteront"Que se passe-il si la machine déraille?" le 7 novembre.?

?Voir aussi du c?té des start-ups - et des GAFA et leur puissance delaboratoire de recherche. Cassie ?Kozyrkov (Chief decision Scientist àGoogle) ?exposera en quoi le "machine learning" et l'intelligenceartificielle ne sont plus de la science fiction mais contribuent à améliorerl'entreprise par la "Decision Intelligence. Nous avons eu à Paris un entretien"Intuition Pro, une start-up en route pour le Web Summit"avec l'artiste ValeryGrancher impliqué dans Intuitive Mind, une entreprise co-fondée à Hong-Kong, etlà aussi il s'agit d'aide à la décision. Igor Perisic de LinkedIn axera saconférence sur l'utilisation et la "Magie ?des données" : comment lesentreprises sont en train de ?démocratiser l'intelligence artificiellepour amener leur entreprise à un échelon supérieur.

Les contenus que nous voulons?

De Netflix à You Tube

Les "content-makers" semblent être venus en mass pour discuter de 'avenirdes médias. Greg Peters (Chief Product Officer) de Netflix, ou "comment latechnologie aide à raconter des histoires dans le monde entier.

"Quand les présidents font la Une avec un seul tweet, quel avenir pour lesmédias?" TV, vidéo, presse, storytelling sort abordés. Ce que nous attendons:?des conseils pragmatiques comme "De zéro au viral" ou "Storytelling pourla planète"...

L'éthique n'est pas absente du débat avec "La vérité est-elle rentable? Doesthe truth pay off?" avec Hollywood Reporter, Yahoo News, BuzzFeed).?

Ev Williams, CEO et fondateur de Medium (et fondateur de Blogger,co-fondateur de Twitter) parlera de son choix : parier sur des textes dequalités et des contributeurs qui nous parlent vraiment de notre vie. Quelssont les thèmes les plus porteurs Et la monétisation? Pari gagné? Mediumppropose un abonnement "Premium, 5 dollars mensuels. Car la monétisation est lesouci de toute "presse alternative"

Place au You Tubers comme Caspar Lee ci-dessus) ?avec la question?posée : les marques ont-elles intérêt à faire appel aux "influenceurs "?7 millions d'abonnés pour ce YouTubeur de Sud-Afrique qui aime bien parler destalents des autres, c'est peut-être le secret de sa réussite. A tel point qu'ila co-fondé https://influencer.uk?ilfera partie de la table ronde sur le sujet "marques et infuenceurs"

La vie que nous voulons

C'est celle que nous trouvons à Lisbonne "ouverte sur le monde" comme l'afait remarquer le Premier Ministre du Portugal Antonio Costa, notre mission estde "connecter le globe", "vivre près de l'océan nous a donné une curiositéinfinie", ?confirmant que Lisbonne recevra le Web Summit pendant 10ans
?Ce qui pourrait infléchir l'évolution de la tech, c'est sans douteune prise de conscience ?du pouvoir que nous, utilisateurs, détenons.Savoir rester agile, mobile, connecté, oui, mais aussi conscient du monde quenous voulons transmettre "Quel sorte de monde voulons nous pour nos enfants?" .Cette question posée par Tim Cooks, PDG d'Apple et retransmise sur le scène deWeb Summit par Lisa Jackson, Apple Executive, elle pourrait?être celle quechacun de nous se pose.

mercredi, septembre 26 2018

Bye Bye Mobilité

Source image : FNAC

J’ai commencécet article cet été, un peu agacée par les grèves SNCF qui continuaient et lafermeture des plages au mépris des vacanciers venus pour se baigner. Maisdepuis, la situation est devenue plus grave. D'abord, au moment depublier en octobre, l'explosion du prix de l'essence : augmentation du prix dubaril de pétrole + taxes. Oi mais, quelle alternative dans tous ces petitsvillages de campagnes où il y a juste des cars pour transport scolaire et aucuntransport en commun? Soyez mobile mais on vous enlève les moyens de bouger surcertaines zones du territoire. Et plus grave encore les effets du changementclimatique où on voit les voitures griller dans les flammes ou valser dans laboue. Un article dans The Guardian de Olivier Milman le 24 septembre ??Where should you move to save yourself from climatechange???"Où devez-vous allerpour échapper au changement?climatique???fait ce constat alarmant, les canicules, les tornades et les inondations vontrendre inhabitables certaines régions des Etats-Unis, où trouver un endroitpour y reconstruire son home sweet home?



Il y a donc de nouveaux migrants, les américains à?l’intérieurde leur pays. Dana Diminescu, sociologue, enseignante-chercheuse à TélécomParisTech et coordinatrice de DiasporasLab il s'agit du "passage dans notresociété d'une sédentarité dominante à hypermobilité dominante" elle cite J.Urry" "ce qui définit le monde contemporain, c'est la circulation, bien plus queles structures et les organisations stables". Semaine européenne de lamobilité, ??Mobilités en mutation??? pour La Fondation MinesTelecom et Numa le 27 septembre animé par Aymeric Poulain-Maubant expert, quidirige lecahier de veille?de la Fondation de l'IMT,? ? le mot??mobilité?? est omniprésent porteur de?promesses?entout genre, voitures autonomes, voyages dans l’espace. Mais la mobilité qu'onnous vante n'est-elle pas factice??

Paradis Perdu

La publication des Paradise Papershttps://www.lemonde.fr/paradise-papers/article/2017/11/05/les-paradise-papers-nouvelles-revelations-sur-les-milliards-caches-de-l-evasion-fiscale_5210518_5209585.htmla contribué à ternir le mythe de l’?le vierge paradisiaque. De ?quêtesymbolique du voyage, le rivage bleu lagon est devenu emblématique du paradisfiscal https://paradisfiscaux.net/iles-vierges-britanniques/. Usbek &?Rica nous alerte ?sur les dommages collatéraux ? Déforestation,pêche illégale… Une étude fondée sur l’analyse d'un grand nombre de donnéesdémontre le lien entre paradis fiscaux et dégradation de nos ressources,notamment en Amazonie et dans les grandes zones de pêche. ? Dès lors le mythede la mobilité universelle vers des rivages enchanteurs ouverts à tous s’esteffrité. Le voyage est sans doute le domaine où l’inégalité s’accroit entrel’élite qui dispose de ses propres moyens pour se déplacer à son gré vers deslieux qui lui appartiennent et la population ordinaire bernée par l’écosystèmefrelaté du low cost et des ? pension comprise ? ?, où la mobilité n’estqu’apparente et les dates et les destinations contraintes.


mardi, juin 19 2018

Faut-il tuer le CESE? Ou l'encourager? La participation citoyenne en question

Faut-il tuer le CESE ?

Faut-il tuer le CESE?? Ou en faire un partenaire?? Sousce titre provocateur, nous entendons par CESE le symbole de ces institutionspara gouvernementales dotées de moyens mais dont on ne sait plus vraimentquelle est leur utilité. Il ne s'agit pas de fustiger les femmes et des hommesde bonne volonté qui y travaillent mais de s'interroger sur la raison d'êtredes institutions, en terme d'efficacité. ?? 483 comités, nous sommes unpays qui crée beaucoup de comités?? dira Patrick Bernasconi président duCESE en introduction. Nous étions conviés par Décider ensemble et Synopia à uncolloque ??La Place du citoyen et de la société civile dans la décisionpublique??. Décider ensemble s'attache depuis 10 ans à ??diffuserune culture de la décision partagée??. Présence dans la salle du Drenche,de Parlement & Citoyens, Didier Fradin avec Elisabeth Dau impliqué entreautres dans ce nouveau mouvement le Municipalisme.

Dernière minute

Ce colloque avait lieu le 14juin, en préalable au débat qui vient de commencer à l'Assemblée nationale surla révision constitutionnelle. Si on mentionne "l'accélération de la fabriquede la loi", n'est pas explicitée la participation du citoyen à laco-construction de la loi. Depuis Démocratie Ouverte a lancé pour le mercredi11 juillet une réunion qui pose la question "Partouten France, des centaines d’innovations démocratiques et de solutions institutionnelles sont inventées et parfois expérimentées dansles territoires. Il est du devoir de l’Etat et des parlementaires de lesencourager et de s’assurer que la participation du citoyen dans la vie publiquene reste pas une simple promesse de campagne. "

Adopteun amendement citoyen ! Conférence de presse & ‘Match démocratique’ -Mercredi 11 Juillet 2018 à partir de 18h à la Halle Civique Belleville 27 ruePiat, 75020 Paris

La participation citoyenne

Laparticipation citoyenne?comme on l'a répété avec constance sur ce blogest devenue nécessaire à l'élaboration des politiques publiques, mais où luidonner sa place?? Peut-on ??institutionnaliser?? laparticipation?? Le CESE aimerait bien se positionner comme intermédiaireentre la société civile et l'état et devenir ??La Chambre du Futur??telle qu'imaginée par le Chef de l’?tat, mais ses règles de fonctionnementsemblent d'un autre temps, à réformer d'urgence. 500 000 voix citoyennes pourexaminer une pétition, un seuil beaucoup trop haut comme il sera dit. Uneplateforme de consultation existe mais les sujets traités sont décidés par leCESE. Il faut donc attendre mois ou années. La note de cadrage sur larévision constitutionnelle de Décider ensemble pointe précisément lesdifficultés et l'état des lieux?: Omnipotent et omniprésent l’?tatconcentre le pouvoir et les moyens au détriment d’initiatives locales quipourraient porter efficacement et durablement la vision d'avenir suggérée parl’exécutif.

Points de vued'intervenants?: Lo?c Blondiaux, Julie de Pimodan de Fluicity, BakiYoussoufou We sign it Severina Bellina, le député Mathieu Orphelin, le sénateurHenri Cabanel ,??

La grille des fragilités

Severina Bellina estdirectrice de de l'Institut derecherche sur la gouvernance et à ce titre observatrice des??pouvoirs?? à travers le monde et sur le territoire fran?ais. Lagrille des fragilités sert à repérer les points de faiblesse des états quipeuvent mener à la violence . L'approche gestionnaire de certains états n'apour objectif que de reproduire un modèle. L'état est déconnecté desaspirations et initiatives. Aujourd'hui la défiance et la peur dominent lesinteractions Des catégories de population restent invisibles.Institutionnaliser, oui, mais la participation doit être un ??pouvoir parle bas, sinon ?a ne fonctionne pas?? il ne faut pas institutionnaliser??par le haut??

Comprendre les enjeux des habitants avecFluicity

Julie de Pimodan et sonéquipe ont interviewé 2000 citoyens avant de fonder Fluicity. Verdict?: la non participation estdue principalement au sentiment profond de ne pas avoir d'impact. Commentrestituer cet impact?: la démocratie à l'échelle locale. La plateformepermet de comprendre les enjeux des habitants et apporte une valeurajoutée?: une audience, une qualité démocratique, mieux comprendre lapopulation gr?ce au big data. Le numérique est un accélérateur de participationcitoyenne. Dans la ville de Vernon 12% de la population est connectée à laplateforme (500 personnes) . Un tableau de bord qui permet aux élus d'être plusefficace, on creuse les propositions des habitants pour en déterminer lafaisabilité. Permet aussi de faire remonter les points de vue originaux.

??La participation citoyennedemande des moyens?? (Baki Youssoufou)

Baki Youssoufou est unsocial media stratégiste, son métier, c'est l'amplification digitale. Il afondé le site de pétition We sign it?:4 millions de citoyens en France, 7 milions si on inclut l'international.

Il pose la question de laparticipation citoyenne en terme d'objectif. Comment?? Pourquoi??Parce que c'est dans l'air du temps?? Business?? Volontépolitique?? En tout cas on ne peut pas séparer le fond de la forme?:les 6 hackhatons que We sign it vient d'organiser font partie des outils.??On ne peut pas créer des outilsoffshore dans des lieuxéloignés. En même temps que les outils il faut fabriquer les moyens de faireparticiper les citoyens??. La participation citoyenne ne peut pas se faireà co?t zéro?: il faut des moyens similaires aux campagnes électorales.??La démocratie, ?a co?te cher. "

Parlement ouvert avec le député MathieuOrphelin

Des députés au parcourscomme Mathieu Orphelin député LREM Maine et Loir 1ère circonscription ont susortir l'écologie de son carcan pour se mobiliser sur l'environnement . .Ancien porte-parole de Nicolas Hulot, il fait la proposition sur son site??Mettre l’environnement, le climat et biodiversité à l’article 1er de laConstitution serait une avancée majeure et indispensable. Il pense lui aussique mobiliser 500 000 citoyens comme le demande le CESE, c'est beaucoup. Illance le ParlementOuvert sur la première circonscription du Maine-et-Loire. ??Un lieu deconstruction et d’échanges pour renforcer les liens entre le député et lescitoyens et acteurs du territoire.?? et avec Paula Fortezza Questionscitoyennes au gouvernement.

Egalement intervenant HenriCabanel,(sénateur de l’Hérault) agriculteur viticulteur qui travailleavec Parlement & CitoyensHenri Cabanel et Jo?l Labbé (sénateur du Morbihan) ont lancé une nouvelleconsultation publique sur la plateforme de Parlement & Citoyens. L’objectifde cette consultation est de co-construire avec les citoyens deux propositionsde loi sur le statut de l’élu.

On peut aussi citer les élusqui ont monté des assemblées avec leurs habitants. Un mixte d'élus et desimples citoyens pour VéroniqueLouwagie députée de la 2ème circonscription de Orne qui réunit?avecsuccès son Conseil de Circonscription en commissions de réflexion sur lesprojets de loi examiné à l'Assemblée nationale. Récemment le 11 juin"surle thème de l’apprentissage et de la formation. ?changes intéressants avec lesCompagnons du Devoir sur des expériences, du vécu, des orientations etpréconisations".

Encore un rapport sur lenumérique?!?

ll y avait déjà – entre autres - Ambitionnumérique" (Benoit Thieulin) Rapport du CNNum : engager la France dans la"transition numérique.nouvelles manières de concevoir et d'évaluer lespolitiques publiques "dans une logique de gouvernement ouvert" Est-il utile decommander un nouveau rapport sur un sujet proche, qui reprend des élémentslargement diffusés ces dernières années ou régulièrement dans la presse etapporte peu de reflexion nouvelle????Réseaux sociauxnumériques?: comment renforcer l'engagement citoyen?? ? nerépond pas vraiment à cette question cruciale et se consacre essentiellement àun panorama généraliste des réseaux sociaux et une analyse de leurs usages.Rien de nouveau. Anne Popelin, auteure, membre du CESE, n'est pas une expert dunumérique, ce qu'elle avoue avec modestie. Gérard Aschieri co-auteur non plus.Parlement & citoyens est cité, Nuit Debout, mais peu des collectifs civictech qui sont nés avec la période électorale entre 2015 et 2017 et sont peutêtre appelés à jouer un r?le dans les prochaines. élections. On peut citer OpenSource Politics ou encore Voxe dont l'un des objectifs est de susciterl'engagement chez les plus jeunes et bien s?r Démocratie Ouverte partenaire duCESE. Un rapport oui, mais n'est-il pas temps pour le CESE de passer de lapréconisation à l'action?? A commencer par se doter lui-même d'outilspermettant le dialogue avec les citoyens.

Lo?cBlondiaux?: le tendanceur de la politique

Lo?cBlondiaux, en chasseur de tendances de la politique, est sans doute celui quidécrit le mieux la frustration actuelle. Sa reflexion n'est jamais figée ni??déjà vu?? mais toujours réactulaisée au plus près des mouvances. Ilpointe l'accélération du temps, la pression pour répondre en temps réel quifinit par ne plus laisser place au temps de la délibération. L'échange estper?u comme un affrontement. Le système éducatif ne forme pas à l'écoute del'autre. Il en résulte une posture de défiance de ceux qui n'ont pas réussidans le système scolaire (hyper compétitif, hyper individualisé).Dans ce typede gouvernement technocratique ??la décision ne sert à rien si on conna?tdéjà la réponse?? Les réponses sont déjà là, les objectifs tels que??réduire les déficits?? empêchent toute discussion.Les intérêtséconomiques priment toujours sur l'intérêt de la Nature. Les décisions sontprises entre individus cooptés.

Pour Lo?c Blondiaux, il n'y a pas de déficit d'outils. Les outils sont là, maisil manque 3 éléments

1La volonté?: il faut que ceux qui organisent laparticipation aient vraiment envie qu'elle produise des effets.

2La crédibilité?: elle ne peut pas se donner d'emblée. Ilfaut que les citoyens aient le sentiment que leur interlocuteur ait del'influence.

3Les moyens?: pas de participation sans moyens Que fait-ondes avis et propositions?collectés ? Il faut les traiter et c'est un longtravail de traitement des données.

Quel soutien?? Quelle(s)solution(s) ? L'accompagnement des institutions par les collectifscitoyens

??Le CESE devientla chambre de la société civile et animera la démocratieparticipative?? annonce le CESE sur son site La Chambre du Futur,peut-être mais accompagnée par les collectifs citoyens qui sont déjà desobservateurs de la vie publique et leur donner les moyens d'élargir leuraction. “Améliorer NosDéputés.fr n’est possible qu’avec l’aide de l’Assembléenationale ! Lettre aux questeurs?? écrit Regards Citoyens. NosDéputés.fr &NosSénateurs.fr La Fabrique de la Loireprend du service gr?ce à un financement, . Les espaces de participation duSénat, par exemple, semblent de pure forme, et la participation citoyenne peutprise en compte. On se souviendra comment Regards Citoyens avait accompagné ledécryptage d'une participation citoyenne en nous réunissant pour dépouiller lesavis en ligne des citoyens consultés.

Assez de rapports et de préconisations, de??personnalités qualifiées?? qui ne seront plus nommées par laPrésidence comme l'a annoncé Emmanuel Macron. Pourquoi ne pasinterroger lescollectifs politiquescitoyens qui foisonnent et voir quelles méthodes provoquent – ou non -l'engagement sur les nombreuses plateformes en ligne dédiées à la participationcitoyenne. Quel espoir de fédération et quel poids auprès de la gouvernance etpar quelles voies?? Quel impact??

S'il y a un r?le à jouerpour l'institution si elle veut passer à l'action, c'est soutenir et rémunérerl'accompagnement "civic tech"? en faisant appel aux nombreux mouvements etjeunes entreprises du ??numérique??, comme make.sense ou make.org,Bluenove, l'Institut des Futurs souhaitables, qui sont en capacité de le faire.Parlement? & Citoyens, Fluicity, We Sign it, Démocratie Ouverte, LaBelle démocratie, Open Source Politics, Regards Citoyens, Voxe.org, qui ont àla fois la conviction, les outils et les ??followers??. Il fautobserver les méthodes agiles des jeunes entrepreneurs pour faire aboutir leurdémarche. Ce sont les meilleurs alliés des élus, si on veut bien se donner lesmoyens d'organiser l'alliance avec l'agilité et la sincérité nécessaire.

Janique Laudouar

lundi, mai 14 2018

Convergences en Tunisie?: ?Jeunesse, exprime-toi!??

Forum Convergences à Tunis

Beaucoup de femmes tunisiennes pour assiter auForum Convergences le 9 mai dans ce superbe lieu Beit al-Hikma à Carthage,ancien palais dans un quartier résidentiel de Tunis. L'objectif ?ESS’Ploration,vers une Tunisie Zéro exclusion, Zéro carbone, Zéro pauvreté?, encore nullepart atteint et dont tous s'accordent à dire qu'il devient une nécessité.Comment l'ESS . (Economie sociale et solidaire) peut-ellecontribuer??.

Ouverture par l'ambassadeur de l'Europe?:Patrick Bergamini cite les communistes italiens et Karl Marx Jean-Louis BancelPrésident de MedESS et Credit Coopérifqui intervient un peu plus tard et citeStéphane Heissel ??Engagez-vous !??. On sait alors que le Forum a debons parrains et aussi des partenaires comme UBCI Groupe BNP Paris Bas, MedESS, ou encore la fondation Friedrich-Ebert-Stiffung.

??Mettre les talents des uns auservice des autres??, la citation choisie par Patrick Bergamini pourraits'appliquer à l'ensemble du Forum où on aura vu des intiatives de jeunescontredire l'idée re?ue qu'ont des Tunisiens plus ?gés que ??que cettegénération est indifférente.??.A tel point que le Président de la Tunisieva mener une enquête nationale post-élections pour savoir pourquoi les jeunesont délaissé les urnes, souilgnant toutefois que 37% des nouveaux élus avaientmoins de 35 ans (Tunisie numérique). L'individualisme et le consumérisme sontdes problèmes communs à beaucoup de pays, et la Tunisie n'est pas un cas àpart. Un appel a projet de Convergences avait eu lieu préalablement, l'entréeétait gratuite, un processus ??démocratique??. Beaucoup de jeunes ontmontré lors de cette journée leur capacité à proposer des services innovants,notamment.d'accompagnement et de dévelopement de l'ESS. Les salles des ateliersétaient pleines sur des thématiques actuelles: entreprenariat vert,entreprenariat social, micro finances, coopération territoriale. On trouvera leprogramme complet sur le site de Convergences Lofti BenAissa ancien directeur des études fiscales Ministère des Finances etfraichement élu nous signale que la loi tunisienne sur l'ESS vient d'être miseen ligne pour consultation.www.legislation.tn

Generation start-up, quel accompagnement?

?Nous n'allons pas laisser nos jeunes sediriger vers la voie un peu facile de la fonction publique?? se désole uneconsultante ??il faut développer le go?t de l'entreprenariat.?? C'estce que faitLab'ess une plateformecollaborative, ?? Laboratoire de l’Economie Sociale et Solidaire"(Lab’ess) qui a ouvert un espace de coworking à Tunis. C'est l'objectif del'atelier Generation start-up , nous avons pu faire connaissance avec ENDA? qui présentait plusieursinitiatives lors de l'atelier. Quelques exemples :?

Nizar Taoudi présente avec humour le parcours deSejnane Plast entreprise de matériel agricole d'irrigation, à partir derecyclage de déchets plastiques. Ne pas se laisser décourager par les étapeschaotiques ni même l'échec. Semble en bonne voie.

Remarqué également, présenté par? DorraKammoun, co-fondatrice de Techability,? un projet qui pourrait tous nousconcerner , outil de suivi en temps réel de votre factured'électricité.Normalement ENDA ne finance pas la tech et les start-ups maisfait une exception pour Techability, ??eco-friendly??http://www.techability.tn/

Avec beaucoup d'enthousiasme et forte de sonexpérience de dévelopement de l'ESS en Occitanie et d'un réseau ESSeuropéen?BereniceDondey?dévoile les qualités nécessaires pour entreprendre dansl'ESS?: savoir faire un "plaidoyer", par exemple.?Les associations vontplus vite que les institutions??. Le numérique a apporté la notion de??citoyenneté implicante??. Il faut co-construire avec les citoyens."Les gens ont une expertise d'usage sur leur territoire.??

??Bye bye autism?? c'est le nom qu'adonné à son initiaitive Olfa Safraou, fondatrice, persuadée qu'une pédagogieadaptée peut aider ces enfants "différents" que Bye Bye autism réussit àintégrer. Nous en venons à parler santé, prévention, intégration avec uneparticipante jeune médecin Tous les intervenants s'accordent sur un mêmefacteur de découragement?: trop de bureaucratie, de procéduresadministratives!Comme en France, alors??

??Former les leaders 3zero?de demain??

Un atelier interactif et participatif sous formede fish bowl pour un sujet majeur : la formation. Comment sensbiliserles étudiants à l'entreprenariat social au cours de leur cursus universitaireet post universitaire?? Entre l'enseignement académique et un enseignementréellement axé sur l'entreprenariat, il semble qu'il y ait encore unerévolution à faire. Il faut insérer les ??soft skills?? dans lesprogrammes de formation, suggère un participant. ??La plus grande qualité,c'est l'adaptabilité?? appuie une participante, ?la gestion des variablesdans un monde qui change en permanence, ne pas subir, sortir de sa zone deconfort?? Ce qu'on aura compris, c'est que les sacro-saint dipl?mes nemènent pas forcement à l'emploi ni au bonheur dans le travail. Former lesleaders 3zero de demain, co-organisé avec We love Sousse?. Atelier quise conclut par une très jolie idée du bouillant animateur et expert formateurAddnane Addioui (Ashoka fellow) demandant à chacun de révéler son rêve le plusfou?. ??abandonner le confort de la fonction publique pour travaillerdans une ferme sera l'un?? ??impliquer tous les pays arables dans unseul eco-système??

Jeunesse, exprime-toi?!

Le Forum se concluait par une soirée ??Youth we can?? où desconseils de mentors accompagnaient des jeunes venus ??pitcher??devant eux. On peut conclure qu' adapter et réformer le système éducatif,repenser la formation, sont des objectifs très similaires aux enjeux actuels enFrance qui permettront l'essor de nouvelles fa?ons de voir leur avenir chez lesjeunes. Une raison supplémentaire de former des partenariats TunisieFrance.??
? ? ? ? ? ? ? ? ? ?? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?? ? ? ? Janique Laudouar

mardi, mars 27 2018

La dissimulation comme arme


??L'art de la guerre est l'art de duper, et endonnant toujours l'apparence contraire de ce que l'on est, on augmente leschances de victoire.???(Sun Tse L'art de la guerre AgoraClassiques 1993).?

Une simple Ménagèreécrivait à propos del'attentat de Charlie Hebdo le 21 janvier 2015 : l'art de la dissimulation faitpartie de la communication d'autres civilisations qu'il faut tenter decomprendre.?Onsaisit mal pourquoi cette réalité si évidente n'a pas été intégrée dans lalutte contre le terrorisme.

Comprendre les ressorts de lacommunication du terrorisme.

??Pour combattre, il faudrait commencer par comprendre à la fois leurmessage, sa redoutable efficacité, ses relais et ses vecteurs. ?? peut-onlire à propos de l'essai??Daech: L’arme de la communication dévoilée"?deFran?ois-Bernard Huyghe, directeur de recherche à l’IRIS, spécialisé sur lacommunication, la cyberstratégie et l’intelligence économique, responsable del’Observatoire Géostratégique de l’Information.

Aujourdhui j'ai de la peine pour ce gendarme, le lieutenant colonel Beltramequi s'est tenu face à un tueur avant d'avoir la gorge tranchée, et qui, onl'apprend, venait de se marier. Tristesse. "Il avait la foi." Le problème c'estque face à lui, son meurtrier lui aussi avait la foi et la volonté de mourir en"martyre"..?

Une simple Ménagère écrivait à propos de l'attentat de Charlie Hebdo le 21janvier 2015 que l'art de la dissimulation fait partie de la communicationd'autres civilisations qu'il faut tenter de comprendre. On saisit mal pourquoicette réalité si évidente n'a pas été intégrée dans la lutte. La messagerieTelegram, n'est qu'un des moyens techniques pour communiquer, mais, se fondredans la normalité, l'invisibilité en est un autre plusredoutable.??

L'histoire est presque toujours la même "Lesvoisins ont encore du mal à croire qu'ils ont c?toyé un tueur. "."Rien ne laissait présager" etc. La même histoire.??

"L'art de ladissimulation comme arme"?

??Rien ne permettait dedistinguer les signes précurseurs?? peut-on entendre à propos deRadouane? Ladkim auteur des meurtres de? Trèbes etCarcassonne. Ondevrait relire ??L'Art de la guerre?? de Sun Tzu, en particulier leschapitres sur la dissimulation, le mensonge, la tromperie comme arme de guerreau même titre que les armes blanches ou armes à feu.

?"Faceau terrorisme, nous sommes meilleurs dans l’action-réaction que dans laprévention",Alain Bauer (BFM TV) – 08/01 ??Cesfameux terroristes ??hybrides?? sont mal analysés par lasociété...????la collecte du renseignement est d'une grande qualité, mais c'estl'analyse fait défaut.

Pour Fran?ois-Bernard Huyghe, l’Etat islamique est passé ma?tre dans l’art dela communication. Il écrit même (p. 68)?:???Daech,c’est une machine à tuer plus un appareil à communiquer.??peut-on lire sur Polemia.? à propos de la critique de son essai.

Sans doute y-a-t-il eu une forme de mépris dela culture de l'autre dans l'analyse ethnocentrée qui a été faite.??Tout?l'art de la guerre est basé sur la duperie.?? etnous avions oublié ce que d'autres civilisations ont retenu etappliquent.?

jeudi, février8 2018

Les Pervers narcissiques : l'abus émotionnel

A lire en totalité sur Medium?

L'abus émotionnel

Les abus sexuels mis à jourpar la prise de parole des femmes, ont occulté l’abus émotionnel dont ellessont victimes. L’abus émotionnel est un viol mental, une prise de pouvoir surl’autre, auquel parfois s’ajoute parfois le viol physique, souvent lacontrainte sexuelle. L’abus émotionnel prend d’abord le masque de l’amour, del’?me s?ur, de la rencontre idéale, pour ensuite mieux piéger sa proie et ladétruire avec une cruauté sans pitié ni remords. L’abus émotionnel peut mener àla dépression et au suicide.

" Perversnarcissique?: un amour destructeur?? était le sujet del'émission du 8 février 2018 ??Ca commence aujourd'hui' sur France 2centré autour de la question . ??Comment se défaire de l'emprise d'unpervers narcissique???? Car tous les témoignages sont unanimes?:il ne s'agit pas d'une rencontre amoureuse suivie d'une rupture mais d'unprocess qui suit immuablement des étapes décryptées par de nombreuxessais de psychologues, sociologues, sites, vidéos. ??Lepervers narcissique et la relation amoureuse : un piègemachiavélique?? (Céline VALENTIN sur linkedin)

Du paradis à l'enfer

??Je pouvais passer duparadis à l'enfer en deux secondes?? Après l'étape de séduction, vientl'enfer de la dévaluation. Quand l'homme idéal devient le monstre - qu'il étaitdès le départ, mais comment le savoir?? ??Un brouillard mentals'installe?? dira Christele Albaret psychopraticienne sur le plateau de France 2 ??Ce sont des personnes qui n'agissent jamais defa?on directe, c'est toujours très subtil...??. Une intervenante racontecomment elle a été forcée à des pratiques sexuelles qu'elle réprouve.??Alors que l’histoire commence presque toujours comme un CONTE DE FEE, larencontre entre un PN et sa victime, se transforme irrémédiablement, et t?t outard, en CAUCHEMAR??. Pourquoi le pervers narcissique est-il à ce pointassocié au démon??

"Les Pervers narcissiques sont parmi nous" àlire sur Medium


Janique Laudouar

lundi, janvier 29 2018

Nouveaux médias, nouveaux formats

Ebdo, le nouvelhebdomadaire lancé en janvier 2018, en kiosque tous les vendredis, présenté parThierry Mandon, directeur de la Publication,? lors de la Nuit de la Pressele 25 janvier à la Ga?té Lyrique?https://www.ebdo-lejournal.com/


Usbek & Rica, n 9 "Le magazine qui explorele futur", Thierry Keller en expose le modèle économique? lors de la Nuitde la Presse?

La nuit desidées et la presse

La nuit des idées?le 25janvier à Paris était l'occasion de débats sur la presse et les nouveauxmédias. Ebdo, un nouvel hebdomadaire "papier" et Usbek & Rica, tout enligne.La question est bien dans l'air???Lesnouveaux médias ont-ils les moyens de leur indépendance?????titraitFrance Culture le 16 janvier dans?Du Grain à moudre?d' HervéGardette???Journaux papier, webtélé, sites et vidéosd’information sur le net… L’année 2018 sera marquée par l’éclosion de nombreuxmédias d’information?? - dont la liste est longue,.Au programme??La Nuit Liquide?? proposée par Tank Media, LeDrenche qui revenait avec un nouveau débathon !??Débathon : Loi "FakeNews", danger pour la liberté d'expression???.A la Gaité Lyrique, le thèmedu débat organisé par Christophe Deloire, secrétaire général deReporterssans frontières portait sur ?? sphères d’argent et du pouvoirpolitique, le contr?le des médias??, Mediapart représenté pat Laurent Mauduit sonco-fondateur y fait figure de pionnier Mediapart, 10 ans, - né le 16 mars 2008– 130 000 abonnés, Le premier média à avoir pris son envol et avoir tenu sonpari de ??nouveau media??.

Puis, autre débat, dialogue entre Eric Fottorino, co-fondateur de ??Le 1??. Eric Scherer, directeur del’Innovation de la Prospective et du MédiaLab à France Télé, modéré par VincentEdin, journaliste et essayiste . ??comment le lecteur trouvera son cheminvers l’information ??? Thierry Keller expliquait avec franchise et humourle modèle économique d'Usbek & Rica?: moitié presse, moitié brandcontent, même si le modèle est appelé à évoluer.??


Lectrice/productrice sur-informée?! Je trace maroute?!?

Comment le lecteurtrouvera son chemin vers l’information??? Mais j'avais envie derépondre?: partout! Je trace ma route?! Je b?tis chaque matin mapropre revue de presse. Je souffre de sur-information, d'éparpillement, dedébordement, de déficit d'attention, de trop d'articles intéressants cités parmes ??tribus?? sur Facebook dont je sais que je ne pourrai les lirejusqu'au bout, je suis un nombre de groupes que je rencontre dans la vieréelle, je passe du Figaro à Libération, de "Le Un" à Huffington Post, du LATimes au Guardian, Linkledin, Twitter, parfois Instagram. Je suis l'évolutionde Le Drenche, Je reste fidèle à Wired ...et j' oublie au moins la moitié desmédias omniprésents dans ma vie.?

Sans compter le temps passé à PRODUIREma propre information, sur divers supports dont ce blog, Le Blog de la Ménagèrearcha?que dans sa forme mais qui re?oit toujours ses 3000 4000 visiteurs parjour d'après les stats. J'écris aussi dans Medium. Sans compter le temps passéà FAIRE SAVOIR que j'ai publié, car publier sans communiquer, , c'est un peucomme jeter une bouteille à la mer, Sans compter le temps passé à commenter surles réseaux. Sans compter l'information qui m'est bombardée, pushée, sans que je l'ai demandé?! Ahnon, j'évite reddit https://www.reddit.com/, même si je peux comprendre qued'autres y trouvent leur compte.
Je suis s?re que des dizaines degens dans le public auraient eu des réponses pertinentes à la question du??chemin vers l'information?? et surtout nous auraient renseigné surles usages selon les tranches d'?ge. Et que comparer les usages de la sallenous en auraient autant appris que l'écoute des intervenants. Et centrer ledébat sur la sélection des informations plut?t que sur l'information. Et lapublication par des millions de non-journalistes, comment affecte-elle lapresse, ?a c'est une vraie question. C'est en cela que ce débat??vertical?? m'a semblé obsolete dans sa forme, et qu'il fautinventer d'autres dispositifs, pour les tables rondes (voir + bas).

Impliquerle lecteur, impliquer le public

On aurait pu passer en revue lors de cette Nuit de la Presse, cette volontéd'impliquer le lecteur?:?

Le Media https://www.lemediatv.fr/??LE M?DIA C'ESTVOUS, DEVENEZ SOCIOS??

Flint https://flint.media/ est une newsletter d'un nouveau genre comme l'expliqueBenoit Raphael co-fondateur de media et maintenant de robots, dans un entretien ?? une intelligence artificielle qui prend en charge laveille de ses utilisateurs et leur génère une newsletter??

  • Ebdo dont le premier numérom'avait déjà attiré de par sa couverture sur la SNCF et son angle sansconcession me semble avoir fait cette analyse en annon?ant sur son site??ebdo est un journal papier, indépendant, irrigué par seslecteurs??. Une plateforme sépcifique https://www.ebdo-lejournal.com/sourcepeut accueillir les points de vue de lecteurs qui deviendront peut-être desarticles.??Les médias doivent s’appuyer sur les ressources des lecteursest le mantra de Thierry Mandon Directeur de la Publication qui confesse avoirfait une folie avec le lancement d'un hebdomadaire sans publicité, mais??au sens d'Erasme Eloge de la Folie?? une folierationnelle. Ebdo vise 70 000 abonnés et 20 000 ventes au numéro pour etrerentable. Avant son lancement Ebdo effectué a faut une tournée de 4 mois ?oùles journalistes ont été ?hébergés par les lecteurs. A la rencontre de seslecteurs avec la volonté de fabriquer un média ?accessible. Assez des médiasciblés CSP +++ avec des pages de publicité de Jaguar ou de Cartier. T. Et c'estvrai qu'en feuilletant les derniers numéros on constate que la promesse esttenue, tant par la diversité des sujets traités, que par la variété de laforme, photos, articles courts.? ?Le premier numéro du journal est sortile 12 janvier, vous pouvez le retrouver tous les vendredis en kiosque ou surabonnement.??

AOC (Analyse Opinion Critique) dont lelancement avait lieu le jour même compte sur ses lecteurs. Les textes sontécrits par des intellectuels et des chercheurs, mais le média est bien fondépar des journalistes, Sylvain Bourmeau, ancien journaliste à Libération etRapha?l Bourgois, animateur de l’émission Avis Critique sur France Culture 100%digital. Outre les articles publiés dans la semaine, un grand entretien lesamedi et un texte de fiction le dimanche. ?Un parti pris bien décrit, uneergonomie intéresssante avec la possibilité de suivre à l'écran la progressionde sa lecture.(abonnement (12€/mois)

Lecteurs ouFollowers??

Frustration de ne pas trouver cités lors de la Nuit de la Presse à la GaitéLyrique? une liste plus exhaustive de nouveaux médias. Les médias sur lesréseaux sociaux étaient largement absents du débat. Alors que Google annonceson ambition de journal local via une nouvelle application en test??Bulletin??. D'autres thèmes comme les?fakenews?(le thème du numéro 186 en kiosque de ??Le Un??)auraient?mérite?un angle plus technologique. D'autres thèmescomme les?fake news?(le thème du numéro 186 en kiosque de??Le Un??) auraient?mérite?un angle plustechnologique. Montrer comment les algorithmes vont pouvoir de fa?on quasiparfaite fabriquer du faux porno, un article de Usebk & Rica donnel'alerte???Unalgorithme réinvente le fake porn???(Remi Levêque, 26//12018). Lesuccès de Melty reposait sur l'invention d'un algorithme de l'équipe Alexandreunique qui ciblait les lecteurs et dispatchait les infos selon les créneauxhoraires, de leur public, par exemple collégienne sortant du lycée etc.L'impact de l'intelligence artificielle et du?machinelearning?n'était pas suffisamment abordés, ni l'utilisation desalgorithmes.?

En assistant à un atelier sur Instagram stories proposé la même semaine parl'exposition de Facebook Connexions à Station F j'ai compris à quel point lesInstagram stories sont devenus des mini médias qui arrivent à toucher un nombreaffolant de followers

Les nouveaux média suivent en partie ce modèle de création de communauté surnouveaux supports.

  • MinuteBuzz :??le premier groupe média à devenir 100% vidéo, 100% social??annon?ait un article sur Medium, Adieu les articles, MinuteBuzz produitdésormais des formats 100% vidéos avec une véritable équipe de monteurs etproducteurs (live, stories…) dans des formats courts et émotionnels, optimiséspour les plateformes sociales.?? Et plus de site, ??Nous anticiponsce qui va se passer pour la plupart des médias et de manière affirmative : ilfaut aller dans le sens des usages ? expliquait Maxime Barbier, Tout à faitd'accord. Oui mais MinuteBuzz, belle interface, media ou content marketing,marketing de contenu??
  • Monkey.??lancé par Emmanuel Chain ex-Capital et Thierry Bizot vise la même cible,les millenials. ??Un nouvel animal chez Elephant. Ce lundi, la société deproduction co-fondée par Emmanuel Chain et Thierry Bizot, lance "Monkey" unenouvelle plateforme d'informations en ligne destinée aux millenials. Présentsur Facebook, Twitter et YouTube, ce média produit chaque jour une vidéo de 3minutes sur un sujet clé de l'actualité. " ??Une quarantaine ont déjà étéproduites qui ont créé spontanément une communauté de 10.000 fans et près de 2millions de vues",
  • Brut??Nouveau média d'information. 100% vidéo, 100% digital" créé en 2016 parGuillaume Lacroix et Renaud Le Van Kim??s'exprime sur Instagram, ?et sur tous lesréseaux sociaux. C'est sur twitter que je le trouve le plus efficace.
  • Explicite#Explicite" : les anciens journalistes d'iTélé ont crée ce futur lieu parisiendédié à l’émergence de nouveaux médias.média
  • Ekopo ?estl'une des start-ups média retenues par Le TankMedia,? lors de récent? appel? à projets. "EKOPO, le médiade l'économie positive, publie les dernières actualités sur : l'innovationsociale, l'engagement sociétal et l'impact environnemental des organisationspubliques et privées. "Le 16 avril 2018, Le Tank Media accueillera sa premièrepromo d’incubation : 5 équipes de 2 personnes viendront pendant 12 semaines auTank pour donner un coup de boost à leurs médias."

Et la liste estloin d'être exhaustive …?

Quelnouveau format pour le débat?

??Rendre les spectateurs acteurs des conférences c'est possible?(Pierre Fournier, passionné par l'innovation sociale)

Point commun à tous les débats de cette Nuit de la Presse? : s'excuser dela verticalité du format, transmission des intervenants à la salle. Onpeut effectivement s'interroger sur la légitimité d'une table ronde avec??sachants?? face au public, à l'époque du lecteur/producteur. LaGaité Lyrique a déjà fait preuve de plus d'imagination.

Sans doute les organisateurs de débats doivent-ils trouver d'autres pistes pourintégrer l'écoute du public que les sempiternelles ??questions dans lasalle??.Le Drenche afait du débat contradictoire et participatif ??dans la vraie vie?? leconcept même de sa publication ??papier??.Pierre Fournier estactuellement en train de réfléchir à un nouveau format de conférence dont il adécrit les prémices dans un article de Medium Rendre les spectateurs acteurs des conférences, c'estpossible?et qui veut ??faire confiance à l'intelligencedes personnes??.?

mardi, janvier2 2018

2018?: janvier avec Alter'Coop

18 janvier premier module du cursus Pédagogie de l'altérité et de la coopération au Forum 104 à Parisconférence de Patrick Viveret .


Premier janvier, premières résolutions ...et les applis qui vont avec. Un expert (psychiatre Stéphane Clerget sur RTL)recommande de ne pas en faire trop?: trois bonnes résolutions doiventsuffire surtout quand il s'agit de résolutions difficiles à tenir comme arrêterde fumer ou d'être sur Facebook plus d'une heure par jour. Les bonnesrésolutions des fran?ais concernent surtout la santé et le bien-être....maigriren tête et ??positiver?? en troisième place selon La Depêche.?

Les autres?

Moi ce serait plut?t ennuméro Un renouer avec les autres, ceux avec qui je suis f?chée depuis desannées ou encore ceux que j'ai éjecté un peu trop rapidement de ma vie parcequ'ils n'étaient pas ce qu'ils semblaient être. ??L'enfer c'est lesautres?? selon Jean-Paul Sartre, une vérité que les réseaux sociaux ontencore amplifié Les pratiques de développement personnel se sont multiplié, viales coaches, les conseils, les plateformes, les essais, lesarticles,et sont bien plus à l'ordre du jour à l'approche de 2020 que la réussitesociale. ??Et, bien entendu, ce sont les autres, ces différents, quinous font grandir par leurs interpellations, pour autant que nous pouvons lesentendre et les accueillir.?? nous dit Christine Marsan. qui aimpulsé https://www.altercoop.org/?(pédagogie del'altérité et de la coopération) qui propose en 2018 un cycle de formation???Diverses méthodes, outils, exercices, mises en situations serontproposés dans les domaines de la gestion des conflits, violences et crises,médiation et aussi en Intelligence Collective et coopération. Des pratiques depleine présence faciliteront la conscience de soi et de la relation àautrui.?? ??La relation à autrui??, c'est bien ce qui est auc?ur de toutes nos vies, privées ou professionnelles.??

Christine Marsan, je l'ai d'abordrencontré en 2016 lors des réunions du collectif #MaVoix, où elle excellait enpropositions de dispositifs d'intelligence collective pour faire travaillerensemble des participants venus d'horizons divers qui ne se connaissaient pas.Efficace. Puis récemment je l'ai revu lors du Web 8, événement initié par les100 Barbares qui réunissait des porteurs de projets, dont le projet https://www.altercoop.org/. D'abord un peuagacée par le vocabulaire à mon go?t un peu trop usé - comme "le vivreensemble", j'ai été convaincue à la fois par son expérience et par son énergie.Sur mon propre projet, relations humaines et réseaux, elle me donne une piste,aller dans un sens positif, plut?t comment optimiser les relations sur lesréseaux que dénoncer les violences des nouveaux codes sociaux.

En 1993 Christine Marsan metau point via une pédagogie spécifique pour collégiens et lycéens, l'équivalentd'un bilan de compétences.. suit dès 1998 un cursus pour les entreprises,savoir anticiper être dans la prospective plut?t que dans le court terme. En2011 et 2012 elle a co-créé les Ateliers de la Mutation.http://www.lesateliersdelamutation.com/Think, be et do Tank. Rendre visible et appréhender les mutations estle fil rouge de son parcours et celui de ses partenaires. Elle publie livres etarticles en particulier dans UPMagazine. Et a réuni des parrains prestigieux, comme Edgar Morin, PatrickViveret?; Amanda Roche, Michel Bauwens Thierry Janssen, Hanh Nguyen Ngoc.Il manque sans doute une femme ...comme Angelina Jolie.??

Design pédagogique

Alter'Coop propose en2018?: 7 modules, 6 réseaux partenaires, 6 lieux/régions. On retrouverales vidéos de présentation sur le site.

Le 18 janvier, c'est lepremier des module Il a lieu à Paris et commence par une conférenced'introduction de Patrick Viveret. Les vidéos de présentation sont sur le site.L'intelligence collective est toujours au c?ur du dispositif dont l'originalitéest la diversité des approches ??en nous basant aussi bien sur les apportsdes peuples premiers, sur les sciences humaines, que sur les récentes méthodeset pratiques.??Et puisque qu'on parle de révolutionner le domaine de laformation, l'objectif ??privilégier la coopération à la compétition??semble une option devenue essentielle??

? ? ?? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?? ? ? ? ? ? Janique Laudouar

dimanche, décembre 10 2017

Du bonheur de vendre sa collection : JCB’s / Art Collection

Jean-ClaudeBourdais fait partie de ces personnages dans le Perche qui savent nousconsoler de la pluie, et nous proposer des alternatives aux marchés de No?l etaux manèges des cirques sur les places de village. Après avoir été un tempsdirecteur artistique de la galerie in Situ Label Friche?à Nogent-le-Rotrou, ilrevient sur les lieux avec JCB's/ Art Collection du 2au 23 décembre 2017.


??On ne décide pasun jour de faire une collection d’oeuvres d’art. On achète des oeuvres d’artpour vivre avec et qu’elles vous enveloppent d’un plus que le quotidien ne peutpas vous apporter.?? La valeur ajoutée d'une ?uvre d'art chez soi,est le credo récurrent à la fois de la galerie in Situ qui présenterégulièrement des expositions et de Jean-Claude Bourdais qui se sépare desobjets amoureusement collectionnés au fil des ans? à des prix trèsabordables. ??Il y a des gens qui préfèrent changer leur canapé ouleur voiture qu’acheter un tableau de peinture ou une sculpture, ou quipréfèrent un poster à une lithographie originale?? Bien moins cherqu'un canapé neuf ce ??Storyboards?? a été vendu dès le premier jour.??Il y a un supplément d’?me dans ces objets qui ont vécu dansl’intimité du décorateur ? assure l’une des clientes et amies de JacquesGrange, la reine du maquillage Terry de Gunzburg?? citée par Le Monde àpropos de la vente du 16 au 20 novembre chez Sotheby’s. C'est un peu l'?me ducollectionneur JCB qu'on entrevoit dans les ?uvres choisies par Fran?oisKinder, artiste et Président de Label Friche.
Mais comment et pourquoi se sépare-t-on d'objets de collection?? .Nous luiavons posé la question.? ? ??JaniqueLaudouar

JL L'idée de départ étaitcelle d'une vente un peu semblable aux ventes aux enchères??

JCB Non l'idée de départ,c'est que la galerie pour la première fois depuis 10 an ne fasse pas un oneman show, Pourquoi ne pas monter des artistes d'une collectionparticulière??

JLCette collection mise enscène a finalement la qualité d'une exposition, quelles ?uvres sontmontrées??.

JCB Sur 50 ans j'ai 600 ?uvres, ?a nefait finalement que 10 par an. Je n'ai pas décidé un jour?: je vaiscollectionner des ?uvres d'art. Tout le monde ici a une voiture. AThiron-Gardais, il y a un monsieur qui collectionne les voitures, il en a 18,ah, c'est un collectionneur?! C'est le nombre qui fait la collection,jamais composée d'une seule ?uvre. C'est à l?ge des 70 ans qui arriventbient?t, que l'ensemble, l'accumulation de ces objets acquiert un sens?:qu'est-ce que ?a dit sur moi?? J'étais perturbé quand je suis entré dansla galerie. Fran?ois Kinder est venu plusieurs fois à la maison et a vul'étendu du désastre, et m'a dit ??je viens avec une camionnette faire unchoix??. Ce qu'il y a là aujourd'hui ce n'est pas ce que j'aime le plus,c'est le choix de Fran?ois Kinder.

JL L'oeil du commissaired'exposition??

JCB Absolument. Il y a deschoses que je n'aurais pas montré pas les story boards mais les??tapas??. Dans toute l'Océanie ils tapent avec des fils végétaux,fabriquent des tapis, et dessus ils peignent. Il y en a de tous les styles. Làj'avais une belle collection. Fran?ois Kinder a choisi quatre story boards.J'ai pensé ??Mais comment va-t-on se sortir de ce ??bric àbrac?, ??entre Titus Carmel et la Papouasie?? Et quand je suisrevenu j'ai été perturbé, ?a parlait de moi mais ?a existait en tant que telaussi. Telle sculpture bangui a c?té d'un tableau de Gravleur il se passaitquelque chose, Fran?ois Kinder a perturbé mon regard et a mis face à face deschoses qui ne sont jamais rencontré – ?a c'est intéressant des dialogues decultures de peuples différents.?

JL C'était aussi un peu lethème de l'exposition précédente, de sculptures de Alain Kieffer?mélangeant lesapports des cultures et des continents.

JCB Une classe de terminaleva venir, et au programme il y a l'influence des cultures sur l'artcontemporain. la rencontre entre les deux, c'est quand Picasso,? Vlaminckont dit?: ?a nous intéresse ce que font ces "sauvages". Cette expositionpermet de voir comment ?a fonctionne ensemble, art primitif et? artcontemporain.

JL Les story boards ont étéachétés, connais tu le motif de l'acheteur, coup de c?ur ou autre?

JCB Au départ lui ne saitpas, il m'a demandé des renseignements, il s'est enrichi de l'histoire de lapièce, il a choisi une grande pièce et il m'a dit ??je vois où je vais lemettre chez moi et je vais vivre avec??

JL Ca c'est très importantet c'est un thème récurrent chez toi, vivre avec l'art,

JCB Deux constatationspersonnelles entre l'art tribal et une pièce contemporaine, ?a fonctionne. Etjamais je ne me suis dit ???a vaudrait cher plus tard??

JL Pas despéculation??

JCB Je dis aux gens??achetez ce que vous aimez". Quand je regarde les pièces de macollection, je sais pourquoi chacune d'elle m'a touché je n'ai aucun regret.L'oeuvre d'art aura vécu avec moi un certain temps mais je ne souffre pas dem'en séparer

JL Ce qui m'a frappé , tuvends, moi je garde tout et tu m'as dit ??pour vivre au présent il faut sedébarrasser du passé??

JCB La question la plussouvent posée lors du vernissage ???a te fait pas mal de les vendre et det'en séparer????. Ce n'est pas la première fois, dès mon arrivée àNogent-le-Rotrou en 2004 j'ai fait une grande exposition d'art tribal àRémalard (galerie Artemise). Je pense que l'?uvre d'art n'appartient àpersonne, chaque ?uvre d'art a son histoire et son parcours en tant qu'oeuvred'art, Telle ?uvre je l'ai acheté à San Francisco je n'avais pas de quoi lapayer, j'ai voulu faire plaisir à ma femme, le tableau bleu d'un américain,j'ai fait un emprunt je l'ai payé sur six mois, l'ensemble, c'est mon histoire.Trente ans enseignant j'ai acheté de l'art partout où je suis allé, Sénégal,j'ai acheté, Bénin, j'ai acheté, Nouvelle Calédonie. J'ai acheté. Y compris àLabel Friche. L'oeuvre d'art aura vécu avec moi un certain temps mais je nesouffre pas de m'en séparer, elle va continuer son histoire, une collectionc'est quelque chose de vivant.

?JL Julie Franchet,Fréderic Atlan, j'ai beaucoup aimé lors de leurs expositions dans lagalerie.

JCB Le soir du vernissagej'ai été content de voir un acheteur d'abord hésitant revenir à la galerie àpied et emporter une ?uvre. Dimanche après-midi, on a refait une collection, ona remplacé les pièces achetées par de nouvelles pièces

JL Je reviens sur laquestion du passé et du présent. Il y a eu la vente de Pierre Bergé avant samort, à un certain ?ge on se dit je suis plus proche de la mort que de lanaissance...

JCB Pendant longtemps j'aitout gardé, des tickets, des factures de restaurant, des preuves de vie, j'enavais besoin, avec l'?ge ?a devient négatif, ?a devient lourd, comme si onvivait encore dans le passé. Avec l'?ge bien s?r il y a un devoir de mémoiremais tout ?a devient pesant et pour vivre au présent je n'ai plus besoin detrimbaler dans des valises et des malles le passé. C'est une libération, devivre son présent, de pouvoir aller de l'avant, pas oublier, mais se libérer dupassé.

JL Ton présent ce seraitquoi, tu vas continuer à acheter??

JCB Il y a les imp?ts et lestaxes...Le danger qui me guetterait c'est que je passe à Paris et que je voisun tableau?! L'art ne m'a jamais dé?u, ?a passe par l'émotion, pas parl'argent ou la pensée, l'émotion. L'art m'apporte ce que rien d'autre nem'apporte, comme je l'ai écrit les gens préfèrent s'acheter un canapé ou unevoiture plut?t qu'un tableau, pour moi c'est une manière de vivre, d'être.Toute ma vie depuis l'?ge de 16 ans, 17 ans, l'art a eu une place prioritaireimportante, vitale.

JL Quel conseil tu peuxdonner aux gens qui vont venir est-ce qu'il faut qu'ils se renseigent surl'hisotire de l'oeuvre, sa place dans l'histoire de l'art, son prix présent età venir??

JCB Je te ferai deuxréponses?: comme l'a dit Jean d'Ormesson ??jamais je ne me permettraide donner un conseil à un jeune??.Sinon ??laisse-toi conduire par tesdésirs??. Quand à 40 ans j'allais dans le désert, en Australie, et jerentrais avec des objets curieux, des cartons, personne ne parlait encore del'art aborigène, Aujourd'hui l'art aborigène c'est dix milliards de chiffred'affaire. Alors mon ??conseil??, parce que je suis sensible à latransmission?: obéis à ce que ?a te fait.

JaniqueLaudouar

Galerie In Situ / 5 rue du P?ty / 28 400Nogent-le-Rotrou / 09 77 08 21 91, : labelfriche.contact@gmail.com

Ouverture les vendredis etsamedis de 15h à 18 h ou sur RDV.

Adhésion?http://www.labelfriche.com/wp-content/uploads/2016/10/BULLETIN-ADHESION-1.pdf

mercredi, octobre 25 2017

Web Summit 2017 Lisbonne : tech, innovation et politique

LeWeb Summit qui aura lieu à Lisbonne du 6 au9 novembre affiche 60 000 participants, 160 Pays. Des entrepreneurs fran?ais yseront et auront l'occasion de rencontrer les personnalités les plus diversesdu monde la tech et de l'entreprise mais pas seulement, l'éthique, lapolitique, la créativité, la gouvernance, la planète sont au rendez-vous. Leministre de l'économie du Portugal Manuel Caleira Cabra ouvrira le GrowthSummit. On y traitera économie, politique, marketing, crypto monnaie et même...voitures volantes. Le social est présent aussi avec, parexemple,?Crisis Text Linequi aide les gens en crise.? Dix millions de messages qui deviennent desdonnées qui vont ensuite pourvoir venir en aide dans des situationsd'addiction, d'abus sexuel, de suicide.? JaniqueLaudouar

Valentin Chaput est l'un des quatrefondateurs (avec Virgile Deville) d'Open Source Politics ?et a étéinvité à intervenir au Web Summit ?la où la tech mondiale se rencontre??,tech, media et politique, Open Source Politics fait partie des mouvements de lacivic tech qui ont joué un r?le actif lors des élections présidentielles etlégislatives en ?uvrant pour la participation citoyenne. Depuis le printemps2016 OSP est devenue une entreprise relevant de l’?conomie sociale etsolidaire, accompagnant les collectivités, les institutions, les gouvernementsdans la transition numérique. Plusieurs entrées sont proposées sur le site, OPSa été facilitateur lors de plusieurs événements publics et ont accompagnéEtalab, la Ville de Paris, ou encore Arc Innovation pour le GrandParis.?

Qu'attend Valentin Chaput desa participation au Web Summit???

VC L’intérêt c'est laprésence d'acteurs importants. J'interviens le mercredi dans la partie Forum,technologie et politique.

JL A Lisbonne il y aura despersonnalités du monde de la politique, des entrepreneurs, des innovateurs.Quels sont les thèmes qui t'intéressent ??

VC Les plate formesnumériques,? les données, la sécurité seront parmi les thèmes abordés.

JL Le management est aussiun des thèmes du Web Summit? Est-ce qu'on manage une entreprise ?conomieSociale et solidaire comme une autre entreprise ? Est-ce que tu vas aussi entirer quelque chose sur le management pour Open Sources Politics, il y a desCEO, des fondateurs et des managers importants ?

VC Nous sommes quatrefondateurs donc nous fonctionnons de fa?on horizontale, chacun a son mot àdire. Pour les décisions il y a un système de vote. L'économie sociale etsolidaire a un statut, il y a un engagement de redistribution. Et puisque noustravaillons avec les logiciels libres il y a une multitude de collaborateursautour de nous.

??"Avec le numérique, la démocratie continueentre les élections",peut-on lire sur le site d'OSP comme l'avait déjà montré l'initiative demake.orgRéinventons l'Assemblée nationale le 20 septembre. L'Assemblée nationaleconsulte actuellement via une plateforme en ligne et recueille les propositionsdes citoyens jusqu'au 6 novembre.

JL Suite à laconsultation des citoyens en ligne sur le site de l'Assemblée nationale et auxnombreuses initiatives de la société civile? est-ce que la consultation vaenfin devenir un nouvel usage ? Est-ce que les parlementaires vont y recourir?

VC Au niveau national, etaussi au niveau local, de plus en plus d'élus y sont ouverts. Dans laconsultation actuelle sur le site l’Assemblée nationale, ce qui est intéressantc'est la perspective de changer la procédure et d'institutionnaliser laconsultation.

JL ? Une démarche deconsultation doit être suivie et animée. Cela demande du temps et certainescompétences (création de contenus, newsletters, ateliers d'intelligencecollective) ?. peut-on lire sur le site OSP . Comment impliquer les citoyens,tous ont-ils envie de s'engager ? Ce ne sont pas les outils qui manquent, maistous y-ont-il accès, comment faire en sorte que ?a ne soit pas ? toujours lesmêmes?

VC En multipliant les pointsde contact, en parallèle à la consultation en ligne, Open Source Politicsorganise des ateliers ? dans la vraie vie ?, et les opinions des participantssont répercutés sur la plate forme, ce qui incite à aller la visiter. Nousproposons des dispositifs à ceux que nous accompagnons.

JL Comment avez-vous étéchoisis pour accompagner la consultation sur le site de l Assemblée nationale.Vous avez fait un ??pitch?? meilleur que les autres??

VC Il y a eu un appeld'offres, une consultation de plusieurs plate formes, on nous a demandé undevis, et nous avons été retenus. C'est vrai que le coté ??logiciellibre?? a compté. Techniquement c'est le site de l'Assemblée nationale quireste hébergeur et gère l'informatique, nous avons aidé à la mise en place dudispositif et nous sommes responsables de la modération et de la synthèsefinale.

JL Est-ce que le mot clefdans ce type de consultation via une plate forme n'est pas l'accompagnement,l'animation?? Et est-ce que vos partenaires, qui sont souvent desadministrations, jouent le jeu??

VC Oui, on attend d'euxqu'ils soient réactifs, qu'ils construisent des événements. Nous avons acquisde l'expérience, développé une méthodologie

JL En vue des électionslégislatives et présidentielles en France, il y a eu de nombreuses initiatives??civic tech??, vont-elles continuer, comment vont-ellesévoluer??

VC En fait Open SourcePoltics se positionne comme une Gov Tech, notre vocation est d'aider lesgouvernements à utiliser les outils numériques. Sinon il y aura une pluralitéde choix dans la civic tech, certains mouvements sont plus temporaires, comme#MaVoix ou La Primaire.org, d'autres affichent leur vocation de start-ups commeVoxe.org avec le robot VoxeBot.

JL Comment avoir la garantieque les contributions des citoyens seront repris dans la co-construction deslois??

VC Il faut garder unevigilance, mais j'ai bon espoir que la démocratie citoyenne aboutira avant lafin du quinquennat.

Entretien avecValentin Chaput Janique Laudouar

Pour rencontrer l'équiped'Open Source Politics hackhatons et meet-ups. Prochain meet-up :

Consultation #ReformesAN : Le citoyen au coeur dela fabrique de la loi le 2 novembre au Liberté Living Lab?

mercredi, octobre4 2017

Citoyens et élus : interaction bienvenue!

source image :? ?http://consultation.mediation-numerique.fr/

Du monde, beaucoup de monde,pour assister a la rencontre organisée par make.org “Réinventer l'Assemblée nationale”. Unenécessité partagée par 200 députés qui ont manifesté leur intérêt annonce AxelVauchez de make.org et par le Président de l'Assemblée nationale Fran?ois deRugy présent pour clore le débat “Gr?ce à vous, la rencontre entre les CivicTech fran?aises et l'Assemblée nationale chez Make.org a été un énorme succèsavec plus de 1.500 personnes, 200 Civic Tech, 80 députés (et 200 députésreprésentés)". Un échantillon de 11 innovations emblématiques pour réinventerl'Assemblée étaient là pour présenter applis et plateformes– Le Drenche,Acropolis, et LCP filmaient et un Facebook live suivre en direct le débat. Desdizaines d'autres innovations civic tech, des citoyens motivés auraient puassister si l'hémicycle make.org avait été extensible. Ne pas sous-estimerl'intérêt des citoyens pour leur participation en politique!? ??Janique Laudouar

Evolution du débat :la participation citoyenne?

Il y a longtemps que Le Blogde la Ménagère suit les avancées de la participation citoyenne. Rappelons qu'en2015 Démocratie Ouverte et Parlement et Citoyens avaient déjà imaginé un débatà l'Assemblée nationale entre élus et citoyens intéressés par le débatdémocratique :? DémocratieOuverte, une renaissance politique. Beaucoup de billets sur le sujet?pêle mêle :?Mobilitécitoyenne,?Expérimentationsdémocratiques,?Les joursheureux, l'alternative citoyenne,?La Démocratie, c'estmaintenant?, 2015, l'année de l'empowerment?,?La politique c'est vous!?"Ilsvous ont donné leur voix, donnez leur la parole" les citoyens veulent ?treconsultés?

Depuis, les pionniers de ladémocratie participative ont évolué avec des propositions concrètes. Pour lesfollowers de la Civic Teh ce sont des retrouvailles plut?t que desdécouvertes, et le plaisir de voir progresser de fa?on positive associations etstart-ups. L'objectif de tous : des applis pour faire la loi existent, pourreprendre l'expression de Jeremie Paret de Stig, utilisonsles. Parlement & citoyens, Assembl, Fluicity,Voxebot de Voxe.org, qui souhaite simplifier et renforcer la relationentre la jeune génération et ses représentants via leVoxeBot,? Kawa avec le concept de débathors les murs, make.org avec l'idée d'utiliser?la?Question Citoyenne au Gouvernement?: “Une fois par semaine, àl’Assemblée nationale, une question citoyenne est posée au gouvernement. Durantla semaine qui précède la séance, Make.org consulte plusieurs dizaines demilliers de citoyens, qui peuvent ainsi avoir une chance de poser leur questionau gouvernement.” Notre député avec la solution debrainlinks pour créer de l'engagement, Démocratie Ouverte avecL'incubateur système D, appel en cours et bien d'autreinitiatives. Ci-dessous Valérie Petit, Nord (9e circonscription), séduitFlorent Guignard (Le Drenche) et Armel Le Coz, Démocratie Ouverte.

Des députés de bonne volonté

Les outils sont la, lavolonté politique parfois – mais pas toujours - mais comment s'assurer del'engagement citoyen en dehors des périodes électorales? Une question dans lasalle : Bercy a les mails de tous ceux qui payent leurs imp?ts en ligne,pourquoi l'AN ne les utiliserait pas pour dialoguer?
Pour les députés des fran?ais de l'étranger la question se pose. On leurreproche de ne pas vivre a l'étranger. Faux s'insurge Anne Genetet, Fran?aisétablis hors de France (11e circonscription) qui facilite le dialogue avec sesadministrés dont elle a tous les mails. Paula Forteza,?Fran?aisétablis hors de France?(2e?circonscription),?LREMa poursuivi la croisade en faveur du numérique et de la transparence qu'elleavait exer?ait déjà et encore maintenant en faveur de l'OGP. On retrouvera avecplaisir a un poste de collaborateur un développeur expérimenté Emmanuel Raviartdevenu collaborateur parlementaire présenter le mandat : l'agenda et lescomptes ouverts de la députée, et sa profession de foi “ouverture,transparence, participation numérique” avec la volonté “d'outiller lesdéputés”. ? cette fin, mon équipe et moi allons proposer des formations sur desoutils numériques pouvant être utiles au cours d’un mandat." On trouvera dansle groupe de travail "Démocratie numérique”, qui a re?u récemment Lo?c Blondiaux, des députés debonne volonté de tous les partis. L'idée de la participation citoyenne fait sonchemin, y compris par chez des députés LR comme Véronique Louwagie (Orne 61)qui ont la volonté d'élargir le cercle de leur contacts, et de ne pas resterdans “l'entre soi” des élus entre eux. L'idée d'associer les habitants duterritoire à l'actualité législative pour avoir leur avis et leur ressenti,pourquoi pas?

Pac?me Rupin député du secteur de laBastille où avait lieu le débat ( 7e circo de Paris (4e, 11e, 12e arrdt)trentenaire qui pr?ne de nouvelles methodes de relation avec les citoyens viaateliers citoyens pour pouvoir en permanence dialoguer reinventer le role dudeputé. “L'innovation politique c'est de renouveler le lien avec le citoyenmais aussi la manière de travailler entre Député.e.s” a-t-il tweeté sur ledébat.

On citera encore ValériePetit, Nord (9e circonscription) bardée de dipl?mes et armée d'une force deconviction à la hauteur de ses ambitions. Parmi les initiatives en faveur del'engagement : aller trouver les citoyens en bus parcourant le territoire. Etbien s?r, une apparition remarquée de Cédric Villani,? ?chargé par legouvernement d’une mission sur l’intelligence artificielle.

"Une assemblée nationale efficace"

Le président de l'Assembléenationale Fran?ois de Rugy nous donne sa feuille de route : réformerl'Assemblée nationale avec des groupes de travail constitués, mais dans lecontexte d'une réforme ultérieure de la constitution. Le plus difficile cen'est pas trouver les outils civic tech, qui sont opérationnels, maisl'engagement citoyen qu'il faut savoir susciter en l'impliquant. Il souhaite"davantage de données publiques" et moins d'"opacité et de secret". Et laco-construction de la loi? L'évaluation de la loi est évoquée par Fran?ois deRugy “je voudrais surtout qu'il y ait une clause de revoyure pour les cas oùles décrets auraient dévoyé l'esprit de la loi. J'aimerais également que tousles rapports produits par les commissions de l'Assemblée ne restent pas lettremorte. Ils devraient se conclure par des préconisations : législatives,réglementaires et le cas échéant fiscales et budgétaires”. (LeParisien, "Je veux une assemblée nationale efficace").?

Eh oui, nos institutions ontvieilli et il y a maintenant des députés trop jeunes pour continuer à accepterde fonctionner avec les règles du vieux monde, et qui sont impatients deréinventer le r?le du député...et d'y associer les citoyens?? ?

JaniqueLaudouar

Et bien s?r il y a desdizaines d'initiatives pour une démocratie interactive on peut citer Democracy OS qui pr?ne l'open source, Open SourcePolitics,??Civocracy?"Ne laissez pas les autresdécidés sans vous..."


- page 1 de 12